Mort de Patrick Dupond : pourquoi il n’a jamais eu d’enfants

·2 min de lecture

La mort de Patrick Dupond a laissé un grand vide dans le cœur des Français, des nombreuses personnalités qui ont tenu à lui rendre hommage et de ses proches. Le danseur étoilé décédé à 61 ans des suites d'une maladie fulgurante laisse derrière lui sa compagne, la danseuse sacrée orientale Leïla Da Rocha. Patrick Dupond l'avait rencontrée il y a seize ans, en 2004. À l'époque, il était encore homosexuel, mais son coup de foudre pour l'ancienne basketteuse professionnelle reconvertie dans la danse a tout remis en question, comme il l'expliquait en 2017 dans les colonnes de Paris Match. Directrice d'une école de danse à Soissons, cette dernière souhaitait le rencontrer dans le cadre de ses fonctions. "Elle a su trouver les mots, j'ai accepté un rendez-vous. L'entrevue devait durer trente minutes. À trois heures du matin, nous n'arrivions pas à nous quitter", avait-il confié. Une belle histoire est née ce soir-là. "Ça m'arrangeait de me mentir à moi-même. En ce qui me concerne, l'homosexualité a été une erreur...", avait-il également affirmé.

Passionné depuis son plus jeune âge, Patrick Dupond a toujours beaucoup travaillé pour atteindre ses objectifs. Admis à l'école de danse de l'Opéra de Paris en 1969, à l'âge de dix ans, l'ancien juré de Danse avec les stars a toujours fait passer son travail avant sa vie privée, quitte à en souffrir : "Danseur étoile à l’Opéra de Paris, puis directeur du Ballet, où j’ai succédé à Rudolf Noureev, j’ai fait quatorze fois le tour de la planète avec les plus grands créateurs, de Maurice Béjart à Roland Petit en passant par Alvin Ailey. Un rythme et des responsabilités qui m’ont amené à une vie totalement autocentrée, alors que la danse se doit d’être un don aux autres", explique-t-il d'ailleurs dans cette même interview. Une vie à 100 à l'heure qui l'a sans doute empêché de fonder une famille.

"Il faut comprendre qu’une vie de danseur étoile international est incompatible avec une vie de couple, car il est impossible d’être disponible à (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite