Mort de la Princesse Diana : son frère a encore des doutes sur les circonstances de son accident...

Princess Diana in Australia - 1983 - Avalon
Princess Diana in Australia - 1983 - Avalon


Lors d'une interview avec le Daily Mail ce week-end, le frère de Lady Di, Charles Spencer, n'a pas hésité à faire part des suspicions qui le hantent encore 25 ans après la mort de sa soeur. L'homme politique s'est exprimé à ce sujet après que la BBC a de nouveau présenté ses excuses concernant l'interview qu'a accordé Diana au journaliste Martin Bashir en 1995.
Malgré cela, l'oncle de William et Harry ne pense pas que ces excuses suffisent. Pour lui, cette interview choc et la mort de sa soeur à Paris, en 1997, sont absolument liés.
"Les mensonges angoissants que la BBC lui a racontés avant que les caméras ne tournent ont fait en sorte qu'elle est arrivée à l'interview avec une vision très déformée et fausse de la situation dans laquelle elle se trouvait", a-t-il expliqué au Daily Mail.
Pour Charles Spencer, le journaliste Martin Bashir est allé jusqu'à falsifier des relevés bancaires pour pouvoir s'entretenir avec Diana, et l'a ensuite "piégée avec des mensonges", déclarant notamment que le prince Charles l'avait trompée avec Tiggy Legge-Bourke, l'ancienne gouvernante de William et Harry et que celle-ci avait avorté après être tombée enceinte de lui. Des propos qui ont ensuite été démentis mais que la princesse Diana a cru mot pour mot jusqu'à sa disparition.
Charles Spencer a rappelé au Daily Mail que pendant les deux années qui se sont écoulées entre l'interview choc accordé à Martin Bashir et l'accident de la princesse, celle-ci n'avait "aucun agent de protection royale sur place" car elle avait "choisi de se passer des services de ceux à qui elle aurait dû pouvoir confier implicitement sa sécurité".
Le frère de la regrettée princesse a également affirmé que cette interview de la BBC a mis sa soeur "sur une voie où elle n'était pas protégée comme il se devait".
"Tous les responsables doivent rendre des comptes", a-t-il ajouté, insistant aussi sur le fait qu’il espérait que les autorités "reconsidéreront les responsabilités" du journaliste et de la BBC à ce sujet.
Pour lui, seule la police détient "le pouvoir de faire la lumière sur ce terrible scandale, qui a conduit Diana à se sentir encore plus exposée et seule, et a renoncer à ceux qui l'aimaient et l'auraient protégée."

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles