Mort de Samuel Paty : Fabrice Luchini lui rend un hommage bouleversant

·2 min de lecture

C'est un texte particulièrement touchant que Fabrice Luchini a prononcé en la mémoire de Samuel Paty. L'acteur de 69 ans, connu pour ses talents d'orateur, a pris la parole sur France Culture lundi 2 novembre 2020. Il a tenu à rendre hommage au professeur d'histoire-géographie tué à Conflans-Sainte-Honorine, dans les Yvelines, vendredi 16 octobre 2020. Avec une grande émotion, le comédien s'est appuyé sur de grands écrivains tels que Charles Péguy et Albert Camus, pour honorer les enseignants, et en particulier cet homme assassiné. "Les meilleurs étaient peut-être encore ces bons citoyens qu'étaient nos instituteurs", a-t-il cité avant de décrire ces quelques mots de l'écrivain mort en 1914 comme "extraordinaires".

Pour lui, cette phrase "est vraiment un hommage au monsieur qui a été décapité", a-t-il souligné. Et de poursuivre sur ces paroles de l'auteur français : "C'est vrai que ce n'était point pour nous des instituteurs ou à peine. Non, non, c'était des maîtres d'école et nos maîtres d'école étaient l'essence de notre société. Ils faisaient le plus beau métier du monde ! Ils transmettaient Hugo, Corneille, Racine, La Fontaine. Ils étaient habillés en costume noir avec un liseré violet, nos maîtres d'école." Fabrice Luchini a ensuite relaté la vie de Charles Péguy, précisant que ce dernier était "fils d'ouvrier et paysan d'Orléans" et qu'"un professeur génial qui s'appelle le professeur Naudy" l'avait "arraché à sa condition de très, très grande pauvreté" en disant : "Il faut qu'il fasse du latin et du grec". Une manière, là encore, de mettre en lumière le rôle essentiel que peuvent jouer les enseignants, à l'instar de Samuel Paty dont la famille est profondément bouleversée.

Pendant que certaines célébrités font l'éloge de Samuel Paty et de l'éducation nationale, d'autres suscitent la polémique. C'est le cas de Blanche Gardin qui a créé le malaise avec une blague qui n'est pas passée inaperçue. “Samuel Paty, il ressemblait étrangement à Xavier Dupont de Ligonnès, (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite