La mort sans tabou : des pompes funèbres où il fait bon mourir

Isabel Pavia

Par une belle matinée ensoleillée, j’entre dans une petite boutique dont la devanture bleu électrique et la vitrine remplie de bibelots ont attiré mon attention. La porte est grande ouverte, une musique d’ambiance se fait entendre. Parquet ancien, tapis vintage, meubles chinés… on se sent comme chez soi. Pourtant, à y regarder de plus près, les pots colorés ressemblent drôlement à des urnes funéraires et les cadres au mur ne contiennent pas de jolies photos de famille mais des images de cercueils…

Vous l’aurez deviné, je ne suis pas dans une boutique de déco branchée mais dans une entreprise de pompes funèbres d’un genre nouveau. Chez L’autre rive, agence installée en plein cœur de Paris, “nous entrons plutôt dans un salon que dans des pompes funèbres”, m’explique le responsable, Guillaume Loiseau. Ici, on propose “des obsèques qui illustrent nos vies”, comme l’indique le slogan à l’entrée. Nous sommes bien loin des agences funéraires lugubres et sans âme qui nous mettent le cafard lorsque l’on passe devant.

Selon une étude Ifop menée dans un cadre scolaire en 2021, 41 % des Français·es disent penser régulièrement à la mort. Pourtant, 73 % des enseignant·es, 59 % des élèves et 51 % des parents interrogés déclarent qu’il leur est difficile d’aborder ce sujet entre eux. Les raisons avancées ? La mort fait peur, elle rappelle un proche disparu et représente, selon eux, un sujet tabou dans notre société.

Pourtant, dans un marché du funéraire encore très marqué par les rites traditionnels (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Tabagisme : faut-il s’inquiéter du succès des cigarettes électroniques jetables chez les jeunes ?
Après Jeffrey Dahmer, des fêtards ont cru drôle de se déguiser en Amber Heard et Johnny Depp pour Halloween
Halloween : ces 10 films d’horreurs sont les plus effrayants de tous les temps selon la science
Une influenceuse vante un produit pour blanchir la peau de son bébé, et dit tout du racisme de nos sociétés
Love coach, influenceurs... Comment la misogynie et la culture du viol se propagent grâce aux réseaux sociaux