Moustiques et coronavirus : peuvent-ils nous transmettre le Covid-19 ?

L’Organisation Mondiale de la Santé est claire sur ce point : le coronavirus est un virus respiratoire qui se transmet d’humain à humain via les postillons et les expectorations. Elle précise que : "La maladie peut se transmettre d’une personne à l’autre par le biais de gouttelettes respiratoires expulsées par le nez ou par la bouche lorsqu’une personne tousse ou éternue. Ces gouttelettes peuvent se retrouver sur des objets ou des surfaces autour de la personne en question. On peut alors contracter le virus si on touche ces objets ou ces surfaces et si on se touche ensuite les yeux, le nez ou la bouche. Il est également possible de contracter le Covid-19 en inhalant des gouttelettes d’une personne malade qui vient de tousser ou d’éternuer. C’est pourquoi il est important de se tenir à plus d’un mètre d’une personne malade." Mais qu’en est-il de la transmission du virus via les moustiques ?

Les moustiques ne transmettent pas le Coronavirus

Dans un message posté sur son compte Twitter, le Ministère des Solidarités et de la Santé a répondu clairement à cette interrogation en expliquant que le virus Covid-19 ne pouvait absolument pas être transmis par les piqûres des moustiques : "À ce jour, il n’existe aucune information ni aucun élément de preuve laissant penser que le Covid-19 pourrait être transmis par les moustiques". Une réponse rassurante, qui est appuyée par les Entomologistes de l’entente interdépartementale de démoustication qui expliquent ce phénomène un peu plus en détail.

Selon leurs études, les moustiques transmettent des maladies qu’ils ont préalablement ingérées via un repas de sang infecté. Pour que le virus puisse être transmis, il faut donc qu’il survive au processus de digestion, et le Covid-19 n’aurait pas cette faculté là. De plus : "Les moustiques n'étant pas des mammifères, le virus ne peut pas infecter leurs cellules respiratoires". Il n’y aurait donc aucun risque que les moustiques puissent transmettre le Covid-19 via leurs piqûres !

À lire aussi

(...) Cliquez ici pour voir la suite