Des mouvements doux pour retrouver de l’énergie ?

Métro, boulot, infos... Nombreuses sont les raisons d’être fatiguées ! Comment ne pas se laisser submerger ? En se mettant en mouvement ! Les réponses de Marie-Noëlle Mesnier, sophrologue et coach, à l’occasion du mois ELLE Zen sur la fatigue. ELLE. À partir de quand doit-on se soucier de notre fatigue ?Marie-Noëlle Mesnier. Si vous êtes fatiguée de temps en temps, c’est normal. Mais si la fatigue s’installe et dure plusieurs jours, semaines ou mois, il est préférable de consulter votre médecin. Il ne faut pas s’inquiéter mais s’en préoccuper. Car il n’est pas normal d’être tout le temps fatiguée, du réveil au coucher. S’il n’y a rien de pathologique dans le diagnostic, vous pourrez ensuite essayer d’autres approches - non médicales - comme la sophrologie.ELLE. Vous dites que la fatigue est, à tort, trop souvent considérée comme une faiblesse...M-N.M. C’est une faiblesse du corps certes, mais pas au sens péjoratif où peut l’entendre notre société. Nous avons le droit, par moment, d’être faible et ce n’est pas négatif. La première étape est de reconnaître sa fatigue et de l’accepter. Les signes sont propres à chacun mais il y a d’un côté, la fatigue physique (lourdeur des membres, courbatures, contractions musculaires au niveau des épaules...) et de l’autre, la fatigue mentale (difficultés à se concentrer, à mémoriser, à avoir des idées...). Reconnaître sa fatigue aide à prendre du recul et à réaliser que du repos s’impose. Mais aussi à se demander pourquoi nous sommes fatiguées et ce que cela nous empêche de faire. Plutôt que de se convaincre que tout va bien, soyons indulgents avec nous-mêmes en acceptant d’avoir des hauts et des bas pour chercher ensuite les ressources pour aller mieux. Ces moments nous poussent vers plus d’introspection, ce qui en réalité nous fait du bien.ELLE. Que dit notre fatigue de la société actuelle ?M-N.M. Elle dit beaucoup, surtout du monde de l’entreprise et à quel point certains collaborateurs sont parfois malmenés et déconsidérés. Cela peut être éreintant. L’équilibre entre vie professionnelle et vie personnelle est lui aussi souvent mis à mal. À cela s’ajoute l’incertitude de l’avenir, d’une manière générale, et au travail. L’impression de ne pas être écoutée – cela vaut aussi dans sa vie personnelle – peut être une grande source de fatigue. Vous dites à votre manager que vous avez trop de travail ? S’il ne vous écoute pas et part du principe que, comme toujours, vous allez y arrivez peu importe ce que vous dites, vous êtes en boucle et c’est frustrant. Je prends souvent la métaphore du bocal d’énergie. Vous n’en avez qu’un par jour donc si vous le dépensez à répéter et que personne ne vous entend, vous n’avez plus d’énergie pour le reste ! En entreprise nous avons tendance à porter un costume, comme si nous jouions une pièce de théâtre. De retour à la maison, nous en enfilons un autre, pour ne pas avoir l’air fatiguée par exemple. Mais ces costumes sont lourds à porter et nous fatiguent encore plus. Nous nous sentons plus légers quand nous avons l’impression d’être intègre et de dire ce que nous ressentons.ELLE. Pour pallier cette fatigue, vous préconisez de se remettre doucement en mouvement...M-N.M. Oui, grâce à la sophrologie ! Vous pouvez commencer par observer votre respiration et le mouvement dans votre corps. Car même assise, vous n’êtes jamais immobiles, votre corps bouge en permanence (exercice 1). Prenez ensuite conscience de son action, qu’il agit à votre demande : en levant les bras devant vous par exemple et en constatant l’apesanteur (exercice 2). Enfin, vous pouvez essayer la visualisation positive, en ajoutant une intention (exercice 3) : concrètement, cela consiste à se remémorer un moment agréable pendant lequel vous avez été remplie d’énergie, pour le reproduire dans d’autres situations, lors desquelles vous en aurez besoin. La sophrologie est une méthode d’entraînement donc si vous ne le faites qu’une fois, vous obtiendrez certes des effets instantanés, mais si vous voulez les inscrire dans le temps, il faudra les répéter au quotidien, pour aider votre corps à les intégrer.ELLE. Vous nous invitez à essayer la stratégie des petits pas...M-N.M. Quand je parle de se remettre en mouvement, il n’est pas question de commencer le sport et faire vingt longueurs de piscine du jour au lendemain ! L’idée est d’y aller petit à petit pour ne pas se décourager ou créer de la frustration. Plus vous verrez que vous êtes capable de sortir de votre zone de mouvement habituelle, plus vous aurez envie d’en faire, d’explorer ! Au contraire, si vous restez chez vous, vous aurez encore moins envie de bouger. Je vous conseille de commencer par marcher. D’abord dix minutes par jour, puis vingt, trente...Vous aurez la satisfaction d’être sortie et d’avoir fait quelque chose pour vous. Vous prenez toujours l’ascenseur ? Essayez de prendre les escaliers. Vous n’êtes pas obligée de tout monter tout de suite, mais commencez par deux étages, puis, trois, quatre... De même que sur votre trajet, essayez de sortir une station de bus ou de métro plus tôt, puis deux... C’est une bonne fatigue !Place maintenant à la pratique. Découvrez trois exercices proposés par la sophrologue et coach Marie-Noëlle Mesnier pour se remettre en mouvement.Cet article s'inscrit dans le cadre du mois ELLE Zen sur la fatigue, en partenariat avec Thalassa Sea & Spa. Tous nos articles et vidéos sont à retrouver sur zen.elle.fr