Municipales 2020 : Benjamin Griveaux retire sa candidature, cette vidéo à caractère sexuel qui a tout fait basculer

C’est un coup dur pour Benjamin Griveaux : il a été contraint de renoncer à la course aux municipales de Paris. Vendredi 14 février 2020, devant les caméras de BFMTV, l’ancien porte-parole du gouvernement d’Emmanuel Macron a annoncé retirer sa candidature. En cause ? Une conversation privée, jusqu’ici non authentifiée, largement diffusée sur les réseaux sociaux depuis le jeudi 13 février. Benjamin Griveaux aurait envoyé par message une vidéo à caractère très explicite, sur laquelle on le voit se masturber. “Je connaissais la dureté de la vie politique, depuis plus d'un an nous avons subi des propos diffamatoires, des mensonges, des attaques anonymes, la révélation de conversations privées dérobées et des menaces de mort”, commence-t-il à expliquer. “Ce torrent de boue m'a affecté, mais il a surtout fait du mal à ceux que j'aime. Comme si cela n'était pas suffisant hier, un nouveau stade a été franchi : un site internet et des réseaux sociaux ont relayé des attaques ignobles mettant en cause ma vie privée”, a-t-il déclaré.

Benjamin Griveaux souhaiter protéger sa famille

S’il n’a pas confirmé l’authenticité de la vidéo en question, le candidat LREM atteste que la décision de se retirer ne vient que de lui. Il semble désormais vouloir protéger son entourage des conséquences que ces révélations peuvent avoir : “Ma famille ne mérite pas cela, personne ne devrait jamais subir une telle violence. En ce qui me concerne je ne souhaite pas nous exposer davantage ma famille et moi, quand tous les coups sont désormais permis”, déplore-t-il avant d’ajouter : “Cela va trop loin. C'est pourquoi j'ai décidé de retirer ma candidature à l'élection municipale parisienne. Cette décision me coûte, mais mes priorités sont claires, c’est d’abord ma famille.” Dès le jeudi 13 février, Benjamin Griveaux avait annulé son passage aux micros de RTL et d’Europe 1, prévus pour le lendemain matin. Il avait par ailleurs envoyé des indications à son équipe de campagne, notamment pour leur demander de

(...) Cliquez ici pour voir la suite