Municipales : l’envie d’être maire

Patrick Williams

Elles sont candidates pour la première fois à Nantes, Melun ou Longjumeau. Gros plan sur trois femmes qui veulent changer les choses et faire de la politique autrement.

Nous sommes au Brady’s, un pub de Nantes, un vendredi de février, vers 20 heures. Une foule s’est rassemblée, joyeuse, conquérante. Il s’agit de la soirée du comité de soutien à Julie Laernoes, candidate Europe Écologie-Les Verts (EELV) à la mairie de la ville. Émue, celle-ci termine son discours : « Nous allons gagner ! Je vous remercie de votre aide. Et de tous ces efforts phénoménals… Euh, phénoménaux ! » La salle rigole. « C’est la pression, me murmure une sympathisante à côté de moi. Julie a de l’expérience, elle est conseillère municipale depuis plusieurs années, mais c’est la première fois qu’elle se présente comme tête de liste. Forcément, ça impressionne... » Après son speech, la candidate discute chaleureusement avec quelques personnes, mais ne s’éternise pas. Demain matin, elle doit assister au spectacle de son fils aîné, à l’école. Et ne voudrait rater ça pour rien au monde. Pas plus qu’elle ne veut louper la mairie de Nantes, 300 000 habitants. La voilà qui s’échappe sur son vélo biporteur (le genre avec un bac en bois pour transporter les enfants).

01 LGEAI_JULIE_LAERNOES36

Julie Laernoes sur son biporteur, avec Sonia Rouabhi, sa directrice de campagne. @Laurence Geai

Julie Laernoes n’est pas la seule en France à « battre la campagne ». D’autres jeunes femmes se sont lancées elles aussi dans l’aventure, malgré le coronavirus, malgré la peur qui augmente. Elles jonglent entre réunions publiques,...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi