Musées sur ordonnance : quand l’art soigne les troubles psychiques

Valérie Robert

La beauté, c'est la santé ! C'est scientifiquement prouvé : les émotions artistiques apaisent et c'est même un besoin physiologique, selon les neurobiologistes. Alors, pour s'offrir des bulles de bien-être, on file admirer des œuvres !

Le Museum Connections, le rendez-vous international de l'équipement et de la valorisation des musées et des sites culturels, avait pour thématique cette année le bien-être au musée. Un sujet qui prend de plus en plus d'ampleur à travers le monde, à l'image du Canada, qui a été précurseur dans ce domaine. En effet, depuis le 1er novembre 2019, les membres de l'association Médecins francophones du Canada (MFC) prescrivent des ordonnances de « visites au musée des Beaux-Arts de Montréal », afin que leurs patients souffrant de problèmes physiques et mentaux profitent des bienfaits avérés de l'art sur la santé. 

Haro sur le cortisol…

Rien de surprenant à ce que la vision de tableaux ou autres sculptures améliore un état dépressif. On en a l'intuition depuis longtemps. Mais comment expliquer que cette muséothérapie agisse positivement également sur des pathologies comme l'hypertension artérielle ou le diabète ? En fait, selon Hélène Boyer, docteure et vice-présidente de MFC, des études démontrent que cela diminue la sécrétion de cortisol dont l'élévation du taux est responsable d'une hausse de la tension et du taux de sucre dans le sang. Les médecins sont de plus en plus nombreux à s'intéresser à ces « musées médicaments ». Ainsi, l'Institut de cardiologie de l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière, à Paris, offre, depuis juin dernier, des entrées aux musées du château de Compiègne, dans l'Oise, pour calmer...

Lire la suite sur Femina.fr

A lire aussi