Mycoplasmes génitaux : quels sont les dangers de ces infections pendant la grossesse ?

Les mycoplasmes sont des bactéries responsables d'infections, qui peuvent toucher différents organes tels que les poumons ou l'appareil génital. Elles ont la particularité d'être privées de paroi cellulaire, ce qui les rend insensibles à certaines familles d'antibiotiques.

Ces bactéries affectent autant les animaux que les hommes. Cinq types de mycoplasmes atteignent les être humains :

La mycoplasma pneumonia : responsable d’infection respiratoires et pulmonaires La mycoplasma genitalium : une infection sexuellement transmissible (IST)La mycoplasma hominis, l‘ureaplasma urealyticum et l’ureaplasma parvum : des infections qui touchent les voies génitales

Dangereux pour la femme enceinte et le foetus, les mycoplasmes génitaux doivent être soignés rapidement grâce à des traitements par antibiotiques.

Grossesse : quels sont les risques des mycoplasmes génitaux ?

La mycoplasma hominis, l’ureaplasma urealyticum et l’ureaplasma parvum font partie de la famille des mycoplasmes génitaux. Ces bactéries sont présentes naturellement dans la flore vaginale. À cause d’un dérèglement de cette dernière, les germes se multiplient et peuvent causer des inflammations des voies génitales. Comme par exemple :

Une urétrite : il s’agit d’une inflammation de l’urètre, le canal qui amène l’urine de la vessie vers l’extérieur de l’organisme. Une endométrite : elle correspond à une infection de l’endomètre qui cause notamment des douleurs abdominales, pelviennes ou utérines.Une endocervicite : elle concerne une inflammation de la paroi interne de l’utérus. Une salpingite : difficile à diagnostiquer, la salpingite est une infection d’une ou des deux trompes. Si elle n’est pas traitée à temps, cette inflammation peut conduire à une stérilité ou à une grossesse extra-utérine.

Chez la femme enceinte, les mycoplasmes génitaux peuvent provoquer des accouchements prématurés, des avortements spontanés ou la naissance d'enfants morts-nés.

Mycoplasmes génitaux : comment ils se transmettent ?

L’infection

(...) Cliquez ici pour voir la suite