"On n’arrive même pas à 40 couverts" : les restaurateurs dépités face à la météo

·1 min de lecture

Sur la digue, des habitants, équipés pour les averses, bravent le mauvais temps. Coupe-vent, parapluie, pull et écharpe, difficile de se croire au mois de juillet. Depuis le début de l’été, à moins de rejoindre l’arc méditerranée, le soleil se fait plutôt discret en France. Sur le littoral dunkerquois, les restaurateurs et les cafetiers font grises mines. "Même l’après-midi, on voit encore des gens avec des doudounes… Pour un mois de juillet, c’est quasi du jamais-vu", soupire Cassandra, une restauratrice de Malo-les-Bains dépitée par cette météo.

>> Retrouvez la matinale du jour en replay et en podcast ici

À quelques mètres de là, Alexandre, saisonnier, range la vaisselle de son bar. Il se rappelle, avec un peu de nostalgie, les saisons passées. "Il y a deux ans, il faisait 40°C la semaine, on sortait avec les amis, on travaillait, on avait le beau temps tout le temps", se souvient-il. Ce mois de juillet en est presque déprimant pour lui : "Là, sérieusement, on n’a pas envie de bouger, on a envie de rester chez soi avec ce temps."

Les chiffres d'affaires dégringolent

Conséquence : les terrasses de Malo-les-Bains sont clairsemées. "L’année passée, j’étais complet midi et soir. Il n'y avait pas besoin d’attendre les clients. Cette année, je fais la moitié de réservation", constate Philippe, gérant d’une crêperie bretonne. Le chiffre d’affaires du restaurateur a baissé de moitié par rapport à juillet dernier. "On n’arrive même pas à remplir 40 couverts. En pleine saison, ...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles