Il n’y a plus besoin de masque pour voyager dans les compagnies américaines

·1 min de lecture

Les compagnies aériennes américaines ont rendu le port du masque sanitaire optionnel dans leurs avions lundi, immédiatement après la décision d'une juge de déclarer illégale cette obligation fédérale dans les transports publics aux Etats-Unis.

La magistrate Kathryn Kimball Mizelle, qui siège à Tampa, en Floride, a estimé dans sa décision que les Centres américains de prévention et de lutte contre les maladies (CDC), la principale agence sanitaire fédérale, avaient outrepassé leurs prérogatives en imposant cette obligation, qui s'applique notamment aux avions, aux trains, aux métros et aux autocars.

Lire aussi >> « Nous n’étions plus une équipe » : la pandémie, cet accélérateur de divorces

Plusieurs compagnies aériennes américaines ont annoncé dans la foulée que le masque ne serait plus obligatoire, au moins sur leurs vols intérieurs. United Airlines a précisé que le changement était effectif « immédiatement » sur ses vols aux Etats-Unis, et sur certains vols internationaux, en fonction des règles dans le pays d'arrivée.

« Cela signifie que nos employés n'ont plus à porter de masque -- ni à l'imposer aux passagers dans la plupart des cas. Ils pourront choisir d'en porter un, d'autant que les CDC continuent de le recommander fortement dans les transports publics », a détaillé un porte-parole du groupe américain, qui avait été parmi les premiers à imposer le vaccin anti-Covid à ses employés.

La Maison Blanche « déçue »

La juge de Tampa a pris cette décision après plusieurs semaines de combats judiciaires. L'administration de Joe Biden s'est récemment retrouvée sous une pression croissante pour assouplir ou annuler le masque obligatoire. Une vingtaine d'Etats...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles