Publicité

N’oubliez pas les paroles (France 2) : "J'espère forcément gagner", Margaux fait son entrée dans les Masters et nous confie ses ambitions

On avait échangé pour le Tournoi des Maestros il y a quelques mois. Vous voilà maintenant sur le point de faire votre entrée dans les Masters. Prête ?

C’est vrai que cette année, j’ai un petit moins travaillé que les autres années parce que j’avais un petit peu moins de temps. Du coup, je pense que j’y vais un peu plus sereine que les années précédentes. Ça va m’aider à être un peu plus performante avec le stress en moins (rires).

À lire également

N’oubliez pas les paroles (France 2) : "J'essaie de me fixer des objectifs atteignables", Manon intègre pour la première fois Les Masters !

Comment vous êtes-vous organisée dans vos révisions depuis la dernière compétition ?

C’est vrai que je fais plutôt partie de la team qui révise au dernier moment (rires) donc je m’y suis vraiment mise seulement cet été. Après, c’est vrai que toute l’année j’écoute beaucoup de chansons françaises mais un peu plus passivement et les choses que j’aime bien. On va donc dire que les révisions vraiment ‘scolaires’ ont commencé pour moi deux mois avant les Masters.

Comment va votre vie professionnelle depuis que vous avez fait du chant votre métier ?

Cet été avec mon partenaire de musique on a eu l’occasion de faire plusieurs dates dans des bars, dans des campings et c’est vrai que j’ai encore du mal à me dire que c’est mon métier parce que c’est trop cool de faire quelque chose qu’on aime et ce n’est pas donné à tout le monde malheureusement, donc je suis hyper contente. Ça ne fait que commencer donc j’ai envie de faire encore plus de dates.

Le trophée des Masters est le seul qui vous manque. Quel est votre état d’esprit pour cette nouvelle édition du jeu ?

J’aime la compétition, je suis joueuse donc j’espère forcément gagner mais je ne me mets pas une pression horrible. Je me dis que tous mes échecs des années précédentes vont forcement m’aider cette année. Ce n’est jamais perdu !

Pas trop de pression quand on est la grande numéro 1 ?

Bien sûr que si (rires) ! Inconsciemment, je me mets forcément un peu plus de pression parce que c’est vrai que ceux qui étaient numéro 1 avant moi, comme Kevin et Hervé, ont tous les deux remporté les Masters. Pour...

Lire la suite sur Télé 7 Jours

A lire aussi