“N’oubliez pas les paroles” : Margaux se défend face aux critiques qui l’accusent d’être favorisée

50 participations, et 50 victoires… Plus rien n’arrête Margaux ! La Bretonne, qui a détrôné Kevin en devenant la plus grande maestro de l’histoire de N’oubliez pas les paroles, ne cesse de faire parler d’elle. Depuis son arrivée, le programme musical de France 2 voit ses compteurs s’affoler. Lundi 27 janvier 2020, l’émission de Nagui a pulvérisé son record en rassemblant près de 4,4 millions de téléspectateurs, soit 21% des parts d’audience. Si le jeu attire de plus en plus de Français, Margaux, elle, doit désormais faire face au revers de la médaille. Comme toute personnalité télévisuelle, la chanteuse en herbe est confrontée aux critiques. Elle ne possède pas de compte Twitter, mais ses proches et l’équipe de N’oubliez pas les paroles lui font souvent part de ces commentaires parfois négatifs. Lundi 27 janvier, Margaux est revenue sur ces reproches au micro de Sébastien Cauet sur NRJ.

⋙ Vidéo - “N’oubliez pas les paroles” : Kévin de retour dans l’émission, Margaux perd ses moyens

Loin d’être naïve, la maestro a avoué s’attendre à ce genre de réactions : “C’était sûr que j’allais m’en prendre plein la tronche, comme tout le monde”. Sur les réseaux sociaux, nombreux sont les internautes qui l’accusent d’être favorisée. La jeune femme de 24 ans, sans emploi, a pris le soin d’apprendre plus de 750 chansons par coeur ! “Ce que disent les gens c’est : ‘elle est au chômage donc elle n’a que ça à foutre !’”, explique-t-elle. Bien évidemment, son temps libre l’a avantagée, mais il ne s’agit en aucun cas de triche comme certains ont pu le dire. “Forcément, ça m’a laissé le temps ! Mais c’est quand même galère d’apprendre 750 chansons”, se défend-elle alors. Fière de son parcours, Margaux ne s’arrête pas sur les mauvaises critiques de ses détracteurs. “Je suis humaine, ça ne fait jamais plaisir. J'essaie au maximum de ne plus regarder les commentaires. Certains amis m'envoient des captures d'écran de gentils messages pour que je ne garde que le meilleur. J'en reçois certains, parfois

(...) Cliquez ici pour voir la suite