« Je n’ai plus que la parole pour guérir » : Nathalie Collin, qui accuse Baylet de viol, se confie

ELLE avec AFP
·2 min de lecture

La fille de l'ancien sénateur Yvon Collin a porté plainte contre le patron de presse fin 2020. Avec ce geste, elle espère « inciter d’autres victimes » à parler.  

« Je veux que la honte change de camp. Je n'ai plus que la parole pour guérir ». A 52 ans, Nathalie Collin a rejoint à son tour la vague #MeToo et accuse le patron de presse et ancien ministre Jean-Michel Baylet de l'avoir violée à partir de ses 12 ans, ce qu'il nie catégoriquement. Dans un entretien accordé à l'AFP, elle explique avoir longtemps attendu avant de porter plainte. « Je n'en étais pas capable », dit-elle en évoquant « l'emprise » de son agresseur présumé, qu'elle désigne par ses seules initiales « JMB ».  

Lire aussi >> Le prix du viol : le terrible parcours de l'indemnisation

« C'est long de se réconcilier avec la petite fille que l'on a été et de lui accorder ce statut de victime », plaide Nathalie Collin. Sur sa dénonciation, le parquet de Paris a ouvert le 9 juin dernier une enquête pour « viols » et « agressions sexuelles » sur mineur de moins de 15 ans. 

« On est pétrie de culpabilité, de honte » 

L'ex-président du Parti des radicaux de gauche (PRG) a été entendu en audition libre fin février par les policiers parisiens de la brigade de protection des mineurs. Son avocat, Me Jean-Yves Dupeux, a affirmé dans la foulée de cette audition que le PDG du groupe La Dépêche du Midi avait « formellement contesté ces allégations mensongères et apporté toutes les précisions nécessaires » sur ces faits « qui se seraient déroulés il y a quarante-et-un ans ». Nathalie Collin à, quant à elle, été entendue par les...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi