"Je n’en peux plus": l'actrice Judith Chemla accuse le père de sa fille de violences conjugales

Judith Chemla en 2019 - Yohan Bonnet - AFP
Judith Chemla en 2019 - Yohan Bonnet - AFP

"Je suis à bout." L'actrice Judith Chemla, connue notamment pour son rôle dans Le Sens de la fête, a publié lundi sur son compte Instagram plusieurs photos de son visage tuméfié. Elle accuse son ancien compagnon, l'acteur et réalisateur Yohan Manca, de violences conjugales. Des faits pour lesquels il a été condamné à huit mois de prison avec sursis, précise-t-elle dans sa publication.

"Il y a un an mon visage a été blessé, du bleu, du violet sous mon œil, je me suis vue déformée. Il y a un an j’ai regardé mon visage dans la glace et j’ai su que je ne pourrais plus me voiler la face. Le père de ma fille. Ceux qui sont capables de faire ça il faut qu’ils soient hors d’état de nuire. Mais comment? Je n’ai pas honte de cette photo", écrit la comédienne.

"Il devrait avoir honte"

Elle accuse son ex-compagnon de continuer à "faire pression" sur elle: "Il devrait avoir honte aujourd'hui, un an après, au lieu de continuer à faire pression sur moi, de penser qu'il a encore les moyens de me manipuler, au lieu de pourrir la tête de mon enfant. Il devrait avoir honte et se faire discret, rechercher vraiment à être pardonné. Ce n'est pas le cas."

View this post on Instagram

! 🐚🐪

A post shared by Viktorija Burakauskas (@toribur) on Jan 21, 2020 at 8:43am PST

Pour mettre fin à cette situation, Judith Chemla envisage de porter plainte. "J'ai tant de preuves qu’il continue d'essayer de me nuire. Retourner au commissariat une 3e fois? Déposer une 3e plainte en 1 an? Être dans le milieu du cinéma, et avoir l’épée de Damoclès de 8 mois de prison avec sursis... ça ne suffit pas?" Elle ajoute:

"Que faut-il pour qu’il me laisse tranquille? Aller vraiment en prison? Il jouera encore à la victime auprès de ma fille et elle souffrira de ne pas voir son père. Que je garde ça pour moi? Il se sentira encore au-dessus des lois continuera de se plaindre et de contester les décisions de justice auprès de sa fille de 5 ans qu’il voit pourtant comme un père normal qu’il n’est pourtant pas. Il continuera de croire qu’il est en mesure de faire pression sur moi et de me harceler moralement."

"J’exige d’avoir la paix"

Et l'actrice de conclure: "Je n'en peux plus. J'exige d’avoir la paix. C’est plus clair comme ça?" "Aimée" plus de 5.400 fois, la publication a reçu le soutien d'une partie du monde du cinéma dont Géraldine Nakache, Manu Payet, Reda Kateb, Nicolas Maury, Céline Sallette, Zabou Breitman et Frédérique Bel.

La revue spécialisée Variety avait révélé le 11 juillet 2021 l'affaire. Judith Chemla, qui devait présenter en avant-première au festival de Cannes le film Mes frères et moi de Yohan Manca, avait annulé au dernier moment sa venue. Selon le magazine, le réalisateur avait agressé l'actrice en lui jetant un portable au visage. Les faits, toujours selon Variety, se sont produits le 3 juillet 2021 dans une rue située non loin du théâtre du Rond-Point à Paris.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles