Nagui, en colère, critique les restrictions anti-Covid

·2 min de lecture

Nagui n’est pas du genre à garder sa langue dans sa poche. Le mari de Mélanie Page a récemment partagé sur son compte Twitter un article de Sud-Ouest dans lequel on peut lire que la chasse restait autorisée lors de ce nouveau confinement. Les chasseurs peuvent poursuivre leurs activités dans un rayon d’un kilomètre de leur domicile. Un constat jugé inquiétant pour Nagui. "Les librairies ferment mais la chasse est autorisée…", écrit-il, samedi 31 octobre 2020, afin de pointer du doigt ce qu’il pense être une aberration. À la fin de ce court texte, Nagui insère un Emoji montrant un visage triste pour un peu plus faire passer son message.

Ce n’est un secret pour personne : Nagui est toujours le premier à défendre les droits des animaux. Le présentateur, très sportif, a d’ailleurs une hygiène de vie irréprochable. Il a banni la viande de son alimentation après avoir visionné des images notamment de veaux maltraités. Il suit un régime végétarien, comme l’affirmait Capital. "Il ne boit même plus de café, ni de Coca", faisait savoir son ami Gérard Pullicino à nos confrères.

Néanmoins, Nagui est ouvert et tolérant. Loin de lui l’idée de rallier son entourage à sa cause. Ses enfants continuent à consommer de la viande comme il l’indiquait sur le plateau de N’oubliez pas les paroles l’an dernier. "Au sujet de ma profession, on m’a dit que vous risqueriez de m’embêter et qu’il ne fallait donc pas que je m’étende sur le sujet", pensait savoir l’un de ses candidats, éleveur de bovins. L’occasion pour Nagui d’affirmer que chacun est libre de faire ce qu’il veut. "Je suis végétarien, mais mes enfants mangent de la viande. Ils aiment ça", expliquait celui qui révélait au passage une anecdote surprenante au sujet de sa fille. "Quand elle me demande du pain pour saucer la viande, jje lui dis : ‘Ah, ce n’est pas une sauce ! C’est le sang et voilà le pain !’ C’est la vérité !" (…) Elle prend le pain et elle dit : ‘Eh bien, j’aime le sang !’", s’amuse-t-il.

À lire aussi : Coronavirus : Jean-Pierre (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite