Nagui : confiné, l’animateur explique comment il jongle entre le télétravail et ses 4 enfants

Comme la plupart des Français, les stars sont enfermées chez elles depuis le 17 mars 2020. Une situation pas toujours facile à vivre, d’autant plus pour celles et ceux qui doivent maintenant s’occuper de leurs enfants à plein temps. Claire Keim la joue maman cool pendant le confinement, tandis qu’Alessandra Sublet est épuisée de faire l’école à la maison, qu’Élodie Gossuin, débordée, gère son quotidien avec ses quatre enfants, ou que Jean-Luc Reichmann se dispute avec ses enfants tous les jours… Pour Nagui non plus, ce n’est pas toujours simple d’organiser ses journées. “Comme tous les parents, je redécouvre aussi le mérite des instituteurs qui font cours à une classe de trente gamins, alors que c'est hyper compliqué de la faire à ses propres enfants ! Je retourne à l'admiration que j'avais pour mes parents profs”, a déclaré l’animateur de France 2 dans les colonnes de Télé Star, en kiosques le 20 avril. “Cela nous fait relativiser les notes de nos enfants. C’est dur, ce qu’ils apprennent. Et la quantité de matières est impressionnante !”, avait-il également reconnu auprès du Parisien le 2 avril.

Les enfants de Nagui l’aident dans son travail

Si faire l’école à la maison n’est pas une mince affaire, jongler, en plus, avec le travail s’avère encore plus compliqué. “Je découvre le télétravail, avec beaucoup de réunions et des décisions importantes à prendre quant à la gestion de la boîte [Air Productions, ndlr.]. Comment ne laisser personne sur le bord de la route, réaliser des simulations sur la reprise des tournages, sans oublier La Bande originale, tous les jours sur France Inter”, énumère l’animateur à nos confrères de Télé Star. Nagui, confiné avec ses quatre enfants, leur interdit pendant une heure par jour d’utiliser la wifi, le temps de présenter son émission radio. S’il leur demande de ne pas le déranger pendant son travail, le mari de Mélanie Page peut compter sur ses rejetons pour l’aider quand il le faut. Pour faire face à ce confinement sans pour autant abandonner

(...) Cliquez ici pour voir la suite