Naissance : 7 bonnes raisons de pratiquer le peau-à-peau avec bébé

La première connexion. À peine sorti du ventre, la sage-femme place le bébé nu sur le torse de sa mère. Le peau à peau est une étape essentielle pour les parents et en particulier pour le nouveau-né, prématuré ou né à terme. L’objectif principal ? Créer leurs premiers liens et surtout permettre à l’enfant de vivre en douceur la transition, quelque peu brutale, du ventre de sa mère au monde extérieur.

Qu’est-ce que le peau à peau ?

Le peau à peau, aussi appelé la "méthode kangourou", est une pratique qui consiste à poser le bébé nu ou en couche, dès ses premiers instants de vie, sur la poitrine ou le ventre nu de l’un de ses parents. Le père peut remplacer la mère, si elle n’est pas en état de le pratiquer, notamment après un accouchement par césarienne. Le premier peau à peau a lieu généralement après l’expulsion, dans la salle d’accouchement. Ce premier contact permet à l’enfant de ressentir la chaleur et l’odeur de son parent. Cette méthode peut se pratiquer durant tout le séjour à la maternité et se prolonger à la maison. Le peau à peau est une pratique qui a de nombreux bénéfices à long terme pour le bébé mais aussi pour les parents. Découvrez les 8 bienfaits de cette méthode.

Le peau à peau facilite l’allaitement

Lors de cette pratique, le bébé va instinctivement trouver le sein par lui-même et prendre son premier lait dès qu’il se sent prêt. Ce comportement se manifeste généralement après une heure de peau à peau sans interruption. Les bébés pratiquant cette méthode sont également plus nombreux à téter de la bonne façon. En outre, le peau à peau stimule chez la mère la sécrétion de l’ocytocine, l’hormone de l’amour, qui favorise la montée de lait après l’accouchement.

Le peau à peau rassure le bébé

En sortant du ventre de sa mère, le bébé sort de sa zone de confort. Cette venue au monde peut être traumatisante. Le nouveau-né perd ses repères et a alors besoin d’être rassuré. Avec le peau à peau, il retrouvera les éléments, tels que la voix, l’odeur et le battement

(...) Cliquez ici pour voir la suite