Narcolepsie : quand le sommeil devient incontrôlable

Pauline Bosquet
·1 min de lecture

Maladie rare et invalidante, la narcolepsie est un trouble de l’éveil sévère. Selon l’Institut national du sommeil et de la vigilance, elle touche environ 30 000 personnes en France, soit 0,026% de la population. La neurologue et somnologue, Laura Girard Stein nous parle de cette pathologie peu connue.

La narcolepsie ou maladie de Gélineau est une maladie neurologique du sommeil qui se caractérise par des accès de sommeil irrépressibles survenant plusieurs fois dans la journée, et une somnolence diurne excessive quotidienne. Cette pathologie se déclenche généralement vers l’âge de sept ou huit ans. Mais, selon l’Institut national du sommeil et de la vigilance, la narcolepsie peut apparaître de l’enfance à la cinquantaine, avec un pic vers 15 ans et un second vers 36 ans.

Les symptômes de la maladie 

La narcolepsie se manifeste par divers symptômes. « Le premier est l’hypersomnie, c’est-à-dire que le patient dort trop, explique Laura Girard Stein, neurologue et somnologue. Il souffre d’attaques de sommeil, moments durant lesquels il est incapable de lutter contre l’envie de dormir. » Paradoxalement, les narcoleptiques souffrent également de dysomnie. C’est-à-dire qu’« ils dorment très mal la nuit, se réveillent à plusieurs reprises et sont donc mal reposés », continue-t-elle. Parmi les autres symptômes possibles, mais pas systématiques, de la narcolepsie : une paralysie du sommeil, moment où le sujet se réveille mais qu’il est incapable d’ouvrir les paupières et de bouger les membres, ainsi que des hallucinations visuelles. 

Certains narcoleptiques ne souffrent pas seulement d’une irrépressible envie de dormir. Les narcoleptiques de type 1 souffrent également de cataplexie. « C’est une perte de tonus, au niveau des...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi