Natasha St-Pier : sa nouvelle vie loin de la chanson

Après plus de vingt ans de carrière et près de deux millions d'albums vendus, la chanteuse Natasha St-Pier a décidé de mettre sa vie d'artiste musicale entre parenthèses. C'est ce qu'elle a confié aux journalistes de France 2 dans un reportage diffusé samedi 16 novembre. La native de Bathurst au Canada vit désormais loin du froid nord-américain puisqu'elle s'est installée dans les Landes. C'est là-bas qu'elle a pris le chemin d'un nouveau projet professionnel. En effet, l'interprète du titre Je n'ai que mon âme est devenue professeure de yoga. Elle n'a toutefois pas dit au revoir à la chanson puisqu'elle continue a faire résonner sa jolie voix dans les églises. "J'ai connu des énormes succès, et je frôlais ce moment où on peut prendre les choses pour acquises. Je frôlais ce moment où on peut trouver normales des choses qui ne sont pas normales", a-t-elle confié.

⋙ Vidéo - Natasha St Pier fait monter son fils sur scène en plein concert pour le consoler

A 38 ans, la chanteuse évoque ses années de succès et les leçons qu'elle retient de cette période. "Quand t'as dix-neuf ans, que t'as juste envie de grandir, d'être toi, alors que tu te découvres toi-même... c'est tellement énorme", raconte-t-elle. C'est pour ces raisons que Natasha St-Pier a décidé de quitter Paris afin de se retrouver dans un endroit plus sauvage susceptible de la recentrer. Devenir maman en 2015 a aussi été un déclic pour la Canadienne : "Mon fils est né en 2015, et à cinq mois de grossesse j'ai appris qu'il avait une malformation et qu'il allait devoir subir une opération chirurgicale à coeur ouvert". Désormais elle refuse de chanter "pour vendre des disques" et affirme vouloir chanter des choses "qui ont du sens". L'église est devenue le nouveau sanctuaire ou l'ancienne candidate à l'Eurovision donne des tours de chant : "Je me sens plus utile qu'avant. Avant, j'avais l'impression de faire un métier un peu futile. Je ne donnais pas assez pour que ça me nourrisse moi. C'est très égoïste quelque part,

(...) Cliquez ici pour voir la suite