• Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Nathalie ("L'amour est dans le pré") "détestable" : l'agricultrice critique le montage fait par M6

·1 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Si tous les agriculteurs se disent motivés à trouver l'amour dans l'émission diffusée sur M6, L'amour est dans le pré, certains ne sont parfois pas vraiment prêts à faire de la place à une nouvelle personne dans leur vie. C'est, semble-t-il, le cas de Nathalie. L'éleveuse de veaux de cette seizième saison de l'émission animée par Karine Le Marchand avait pourtant touché de nombreux téléspectateurs lors de la diffusion de son portrait, en févier 2021. Mais voilà, depuis l'ouverture des courriers qui lui ont été envoyés, l'agricultrice peine à démontrer de l'intérêt pour cette quête de l'amour.

En effet, alors que la grande majorité des agriculteurs s'enthousiasment à l'idée de découvrir les lettres qui leur sont adressé, Nathalie se plaignait de ne pas aimer lire, et de manquer de temps à accorder à ces missives qu'elle trouvait souvent trop longues. Puis, lors du speed-datings, l'agricultrice a dû être recadrée par Karine Le Marchand qui l'a alertée sur son manque d'écoute envers ses prétendants. Finalement, Nathalie s'est détendue et a choisi deux hommes, Bruno et Stéphane, pour continuer l'aventure.

Bruno est arrivé en premier à la ferme. Et Nathalie ne l'a pas ménagé. Outre le manque criant de séduction, l'agricultrice n'a pas souhaité mettre un peu de côté sa ferme pour accorder du temps à son prétendant. Résultat : Bruno a dû s'adapter à un rythme effréné. Il n'a pas manqué, malgré ses efforts, d'être la cible de remarques désobligeantes. Tout comme Stéphane qui a vite remarqué (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles