"Je n'avais plus la force" : Qinwen Zheng évoque l'impact de ses règles à Roland-Garros

En 8e de finale face à la Polonaise Iga Swiatek ce 30 mai, la joueuse de tennis chinoise Qinwen Zheng a confié ne pas avoir été au top de son jeu à cause de douleurs menstruelles. Une déclaration qui contribue à briser le tabou qui perdure autour des règles.

La prise de parole autour des menstruations et des symptômes que le cycle menstruel peut engendrer sur le corps des personnes concernées est particulièrement rare dans le sport de haut niveau. Un contexte qui rend le commentaire de la joueuse chinoise Qinwen Zheng d'autant plus important.

Ce lundi 30 mai, à l'issue de son match face à Iga Swiatek en 8e de finale de Roland-Garros, la championne a expliqué en conférence de presse que "sa baisse de régime était liée à des douleurs périodiques". A "des trucs de filles", comme elle préfère les appeler - signe d'un tabou encore bien ancré.

Pendant la rencontre, Zheng était revenue des vestiaires avec un bandage à la cuisse, laissant imaginer un problème musculaire. "C'était aussi compliqué avec la jambe, mais ce problème-là était facile comparé à ce que je ressentais au ventre. C'est juste des trucs de filles. Le premier jour, c'est toujours dur. Mais je dois jouer avec cette grosse douleur du premier jour. Je ne peux pas aller contre ma nature."

Et d'ajouter : "J'aimerais être un homme sur le court dans ce genre de moments. Je n'aurais pas à souffrir de ça."

Lire la suite

VIDÉO - Déclic - Mélissa : "Mes règles sont plus courtes et moins douloureuses grâce au flux instinctif libre"

À lire aussi

En Inde, on force les étudiantes à se déshabiller pour voir si elles ont leurs règles
32 % des hommes pensent que parler des règles au taf n'est "pas professionnel"
Ces règles d'éducation que les parents ne devraient pas forcément suivre

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles