NBA: Wembanyama enflamme les réseaux sociaux avec son incroyable souplesse

NBA: Wembanyama enflamme les réseaux sociaux avec son incroyable souplesse

Une seule vidéo a suffi pour de nouveau affoler la planète basket. Très discret depuis plusieurs semaines et la fin de la Summer League, Victor Wembanyama a fait un retour particulièrement remarqué sur les réseaux sociaux ce dimanche soir.

Alors qu’il rentre dans la dernière ligne droite de sa préparation avant ses grands débuts en NBA, programmés dans la nuit du 25 au 26 octobre contre les Dallas Mavericks, l’intérieur des San Antonio Spurs a publié une vidéo le montrant en plein étirement. Et autant dire qu’elle n’est pas passée inaperçue.

"Et vous aviez encore besoin de preuve sur les extraterrestres ?"

Sur les images, le N°1 de la dernière draft NBA fait preuve d’une souplesse impressionnante pour un joueur de sa taille (2,22m). Après s’être déployé de tout son long, il réussit notamment... un grand écart. "L’été est presque fini", écrit le prodige français de 19 ans, histoire d’annoncer la couleur.

View this post on Instagram

! 🐚🐪

A post shared by Viktorija Burakauskas (@toribur) on Jan 21, 2020 at 8:43am PST

Sur les réseaux sociaux, les réactions hallucinées sont nombreuses. "Et vous aviez encore besoin de preuve sur les extraterrestres ?", écrit par exemple un internaute sur X (anciennement Twitter). "Sa flexibilité pour sa taille est insensée, c’est ce qui l’aidera à résoudre les problèmes de blessures", estime un autre fan.

Depuis ses débuts, le physique de Wembanyama, qui dispose d’une mobilité et d’une dextérité jamais-vues pour un joueur de cette taille, est la principale raison de l’énorme engouement que suscite son arrivée en NBA. "ll est beaucoup plus fluide que tous les grands que j’ai pu voir dans ma carrière. Il a quasiment tous les atouts d’un ailier alors qu’il fait la taille d’un big man, résumait Moustapha Fall, pivot de l’équipe de France et de l’Olympiakos (2,18m), auprès de RMC Sport en juin dernier. Tout ce qu’il fait est fluide, ça ne paraît pas comme les autres grands, un peu pataud, un peu robotisé." D’ici quelques semaines, il aura bien besoin de ces dispositions uniques pour préparer son corps à encaisser le choc d’une première saison NBA harassante.

Article original publié sur RMC Sport