"Je ne suis pas gay", la nouvelle émission abjecte qui cartonne en Russie

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Le concept de l'émission de téléréalité russe qu'on peut traduire par "Je ne suis pas gay" est simple (et ouvertement homophobe) : 8 candidats en huis clos doivent prouver qu'ils ne sont pas homos par le biais d'épreuves hallucinantes.

"Trouver un homosexuel dans ce pays, c'est comme trouver un McDonald's qui marche. Il y en a certainement, mais pas beaucoup et peu de gens les connaissent." La voix-off du nouveau show russe Я не гей (Je ne suis pas gay en français) annonce la couleur : une émission de téléréalité abjecte d'homophobie qui s'aligne sur les positions du Kremlin et la loi "anti-propagande gay" votée en 2013. D'ailleurs, c'est le député d'extrême droite à l'origine de ce texte, Vitali Milonov, qui présente le programme diffusé sur Youtube, aux côtés du blogueur Amiran Sardarov.

Le principe est glaçant : 8 candidats sont enfermés pour tenter, via des activités diverses et ultra-stéréotypées, de "débusquer" le gay qui se cache parmi eux. "J'espère que vous allez rapidement démasquer l'homosexuel", lance Vitali Milonov dans le pilote, accompagnant sa phrase du "geste de se trancher la gorge", décrit le Times.

Chaque épisode de 52 minutes, un homme suspecté est éliminé par les participants. Si ces derniers trouvent le candidat gay, tous remportent 2 millions de roubles (27 000 euros), sinon, c'est le candidat gay qui repart avec la somme.

"Toute l'émission respire l'homosexualité refoulée"

"Toute l'émission respire l'homosexualité refoulée, ce qui n'est évidemment pas surprenant", lâche un commentaire repris par The Mirror sous l'une des vidéos YouTube de l'émission. Pour le magazine Têtu, le "résultat [est] un peu contradictoire,...

Lire la suite

VIDÉO - L’Assemblée nationale vote à l’unanimité la création d’un nouveau délit contre les thérapies de conversion

À lire aussi

"Je suis une lesbienne infertile et je n'ai pas le droit d'être traitée en France"
"Je suis féministe" : 5 trucs inspirants à piquer aux militantes québécoises
Avec "Une histoire à soi", Amandine Gay (re)donne la parole aux personnes adoptées

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles