"Ne laisser personne sur la touche" : elles organisent une contre Coupe du monde de foot mixte et inclusive

Collectif Offensif

Parce que la Coupe du monde qui s'ouvre au Qatar est problématique tant sur le plan environnemental qu'humain, NEON a décidé de mettre en valeur des alternatives sportives et inclusives tout au long de l'événement, pour voir et pratiquer le foot autrement. Alors, lorsqu'on a appris que la jeune association de joueuses de foot amateur Club Olympe montait une "contre Coupe du monde" mixte et inclusive intitulée We Love This Game, on a sauté sur l'occasion. NEON a donc rencontré Anna, joueuse, entraîneuse et secrétaire du Club Olympe ; Annabelle, joueuse et trésorière du Club ; et Marion, joueuse et bénévole, pour une discussion à bâtons rompus sur l'image du foot et leur amour pour le ballon rond.

Annab : Nous sommes un collectif de joueuses de foot amateur en non-mixité choisie. On veut être une structure qui organise des événements autour du football mixte, avec une diversité de genre qui doit être représentée sur le terrain. On ne veut pas être binaires, puisqu'il n'y a pas que des filles et des garçons dans le monde.

Anne : On s'est également constituées après avoir fait le constat que tous les autres clubs de Paris sont gérés par des hommes, y compris les clubs féminins.

Marion : Oui, les équipes de foot féminin font partie de structures masculines et féminines, dont les dirigeants et les coachs sont des hommes. On ne trouve les filles que sur le terrain.

Annab : En fait, on voulait aller à contre-courant. Nous avons organisé un premier tournoi mixte l'an dernier, mais celui (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Protection de l'enfance : quelles sont les nouvelles mesures pour lutter contre les violences sur mineurs ?
Les femmes souffrant d’endométriose, cibles de choix des gourous
Combien gagneraient les mères au foyer si elles étaient rémunérées ? Une étude a enfin la réponse
[DIAPORAMA] 15 alternatives pour boycotter la Coupe du monde au Qatar
Célébrer la mort : sommes-nous prêts à casser les codes ?