« Je ne serai pas mis en examen » : Gérald Darmanin s’exprime sur les accusations de viol

Lydia Menez
·1 min de lecture

Interrogée par Thomas Sotto sur le plateau de Vous avez la parole, le ministre de l’Intérieur a dénoncé les « calomnies » dont il fait l’objet.  

« Je n’ai aucune leçon à recevoir » : jeudi soir, sur le plateau de Vous avez la parole, Gérald Darmanin semblait bien confiant. Interrogé par le journaliste Thomas Sotto sur les accusations de viol, le ministre de l’Intérieur a joué la carte de l’homme politique qui n’a rien à se reprocher. « Je suis à la disposition de la justice de mon pays. J’aimerais que cette calomnie s’arrête un jour, mais je constate (...) que quand on fait de la politique on est parfois accusé, parfois injustement. Je crois qu’il faut avoir confiance dans les institutions de la République », a-t-il d’abord expliqué, alors que la cour d’appel de Paris a ordonné la reprise des investigations sur cette affaire en juin 2020.  

Lire aussi >> Les Féministes réagissent à l’affaire Darmanin : « La France pays des droits de l’homme, pas des droits de la femme »

« Vous imaginez, comme disait le président Sarkozy, l’indignité de votre question ? » 

Le journaliste de France 2 n’a pas hésité à le relancer, en soulignant le paradoxe d’être à la fois accusé de viol et à la fois en charge de dossiers liés aux violences faites aux femmes. « Vous imaginez, comme disait le président Sarkozy, l’indignité de votre question ? », répond Gérald Darmanin, singeant ainsi l’ancien président de la République. « L'affaire Baudis ne vous a pas suffi ? », a-t-il répondu, rappelant la situation de l’ancien maire de Toulouse, accusé à tort, en 2003, de...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi