“Nous ne serons plus jamais seuls”, la sublime ode à la fête de Yann Gonzalez à voir gratuitement sur Les Inrocks

Bruno Deruisseau

Il arrive qu'une œuvre parvienne à capturer une sensation brute, en définisse l'expérience de façon à la fois instantanée, candide, complexe et précise. Nous ne serons plus jamais seuls, un court métrage de 2012 signé Yann Gonzalez (Les Rencontres d'après minuit, Un couteau dans le cœur), arrive, en à peine dix minutes, à capturer l'essence de la fête.

Si nous avions envie de partager ce film avec vous cette semaine, c'est parce que le revoir aujourd'hui, alors que s'amorce un lent déconfinement, c'est se souvenir de ce qui nous manque tant et nous manquera sans-doute encore longtemps.

Le bonheur d'être ensemble

Il y a d'abord ce titre qui, dans le contexte actuel, sonne comme un cri du cœur. Puis il y a cette musique grisante, celle de M83 (frère du réalisateur), et cette image incandescente, d'un noir et blanc granuleux. Il y a surtout ce fatras sublime de corps de jeunes gens dansant frénétiquement, s'enivrant, s'aimant, pleurant, se consolant, se touchant, se laissant aller au bonheur d'être ensemble.

Si l'inquiétude habite le film – on peut lire sur les murs “le monde peut se dissoudre” – Nous ne serons plus jamais seuls porte aussi en lui cette croyance de la fête comme puissance collective, qui peut déborder du seul cadre de la nuit pour se prolonger dans un after léthargique et une promenade au lever du soleil.

Remerciements à Yann Gonzalez et à Sedna Films pour leur gracieuse autorisation de

Lire la suite sur lesinrocks.com