« Je ne suis pas un sexe et des seins, je suis un corps de femme » : le merveilleux discours d’Agnès Varda

Lorenzo Calligarot
·2 min de lecture

Dans un court-métrage de 1975, la réalisatrice dénonçait la difficulté de vivre dans un corps de femme, dans une société patriarcale. Un film très actuel, plus de 45 ans après sa sortie.

« C’est moi, tout mon corps c’est moi, je ne suis pas limitée aux points chauds du désir des hommes. Je ne suis pas un sexe et des seins, je suis un corps de femme. »

L’archive date de 1975 mais le discours reste valable aujourd’hui. Antenne 2 demande alors à sept réalisatrices de répondre à la question "Qu’est-ce qu’une femme ?". Agnès Varda en fait un vibrant court-métrage intitulé « Réponse de femmes – Notre corps-Notre sexe », qui a été exhumé par nos confrères de l’INA le 6 février. Dans cette archive, plusieurs femmes parlent de sexe, de la représentation du corps féminin dans la publicité, de désir ou encore de maternité.

Des femmes prennent la parole sur un fond blanc, en dénonçant la condition de leur féminité. Elles regrettent notamment l’injonction de la société à se montrer réservée quand, dans le même temps, le corps des femmes est utilisé par la publicité ou le cinéma. « D’un côté, on nous dit ‘soit pudique, ne montre pas ton cul’. De l’autre côté, on nous dit ‘montre tes jambes, tu plais aux consommateurs’ ». L’utilisation de la nudité de la femme par les annonceurs est aussi vilipendée par les comédiennes. « Chaque fois qu’on déshabille une femme pour vendre un produit, c’est moi que l’on déshabille, c’est moi que l’on étale. C’est moi que l’on méprise. C’est moi que l’on désire. C’est moi que l’on critique. C’est moi que l’on achète »,...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

Ce contenu peut également vous intéresser :