"On ne tient plus compte de la qualité des soins mais du chiffre d'affaires" : l'hôpital public en souffrance

Benoît Zagdoun, Atelier des modules

Qu'ils travaillent à l'hôpital Cochin, en plein centre de Paris, ou aux urgences pédiatriques de Roubaix, dans le Nord ; qu'ils soient infirmier, ambulancier, kinésithérapeute ou pédiatre ; tous font le même constat : l'hôpital public est en grande souffrance.

William, jeune infirmier dans un hôpital parisien, n'oubliera jamais ce jour où il a dû mettre des boules Quies à un patient en fin de vie et lui donner des doses plus fortes de morphine et d'hypnovel "pour qu'il puisse partir tranquillement, accompagné de sa famille", malgré le bruit provoqué par les travaux à l'étage inférieur. "C'étaient des conditions terribles, se souvient l'infirmier. C'était vraiment inhumain et horrible."

"On atteint la limite"

"On nous demande de faire plus avec moins", déplore Frédéric, ambulancier à Cochin. "Les départs à la retraite ne sont pas remplacés. Le matériel est défectueux." Un jour, l'un de ses collègues ramenait un patient après un examen. Soudain, l'une des roues du fauteuil roulant s'est détachée. L'ambulancier a eu le réflexe de rééquilibrer le siège, évitant ainsi la chute du malade. "On en arrive à ce genre de choses à l'Assistance publique", souffle Frédéric.

Les "galères" de sa collègue Aglawen, infirmière aux urgences, sont plus ordinaires. Quand elle prend son service, elle assure d'abord le suivi des patients déjà pris en charge, puis elle enchaîne (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi