"Ne tuez pas la montagne française!" Wauquiez et d'autres élus interpellent Macron

·2 min de lecture

Dans une tribune, le président de la région Auvergne-Rhône-Alpes Laurent Wauquiez et d'autres élus ou professionnels demandent à Emmanuel Macron la réouverture en décembre des remontées mécaniques.

"Monsieur le président de la République, ne tuez pas la montagne française!", écrivent dans une tribune le président de la région Auvergne-Rhône-Alpes Laurent Wauquiez et d'autres élus ou professionnels qui demandent à Emmanuel Macron la réouverture en décembre des remontées mécaniques.

Le Premier ministre Jean Castex a annoncé jeudi que les stations de montagne seraient ouvertes mais pas les remontées mécaniques.

Lire aussi :Les stations de ski remontées contre le gouvernement

Bien qu'enregistrant une baisse de l'incidence du coronavirus, la Haute-Savoie et la Savoie restent les deux départements les plus touchés par l'épidémie. Début février, la station haut-savoyarde des Contamines-Montjoie avait enregistré l'un des premiers clusters de l'épidémie dans une famille britannique ayant séjourné dans un chalet.

"Une décision sans cohérence ni bon sens"

"La sentence est tombée d’en haut, à l’image de toute la gestion de la crise, avec une décision sans cohérence ni bon sens. Comment expliquer que l’on puisse aller dans une salle de cinéma à Paris mais pas dans une station de ski au grand air? Comment comprendre que vos ministres, il y a quelques jours encore, incitaient à embaucher les saisonniers et à prendre des vacances à la montagne ?", s'emportent les élus. Ils regrettent que des pays comme l'Autriche ou la Suisse aient décidé d'ouvrir leurs pistes alors qu'eux ne peuvent pas, provoquant "colère et consternation".

"Vous parlez d’Europe? Mais ce n’est pas à (la chancelière allemande Angela) Merkel de décider de l’avenir de nos stations", affirment-ils, faisant référence à la position de Berlin en faveur d'une interdiction générale de ski dans l'UE.

"250 stations, 120 000 emplois" en péril

Ces élus considèrent que la(...)


Lire la suite sur Paris Match