VIDEO - Gros clash entre Romain Goupil, Adèle Van Reeth et Emmanuel Todd dans "On n'est pas couché"

La tension était à son maximum sur le plateau d'On n’est pas couché. Ce samedi 25 janvier, Laurent Ruquier recevait l’historien et anthropologue Emmanuel Todd. Face à lui, la philosophe Adèle Van Reeth et le réalisateur et scénariste Romain Goupil. Venu présenter son dernier livre Les luttes des classes en France au XXIème siècle (sorti aux éditions du Seuil), la conversation entre l’auteur et les chroniqueurs a été des plus compliquée, et pour cause… Alors que l'animateur interroge l’historien sur la réforme des retraites en reprenant un passage de son ouvrage, Adèle Van Reeth commence : “Moi, je vous ai lu de très près. J'ai passé trois jours avec vous (...) un peu trop près pour essayer de comprendre le projet du livre parce qu’il me semble que ce que vous annoncez au début n’est pas en fait le contenu du livre”.

Elle continue : “On comprend tout de suite, et vous l’affirmez, que pour vous l’Euro c’est la fin de la démocratie en France (...) A aucun moment dans ce livre qui fait 400 pages (...) vous n’apportez d'argument à cette thèse”. Ce dernier tente de défendre son argumentation : “La démocratie, c’est voter librement, parler librement (...), mais la démocratie ce n’est pas juste ça. Ce sont des conditions nécessaires. Il faut aussi pouvoir voter pour des gens qui vont être d’accord pour oeuvrer pour le bien des gens qui ont voté pour eux”.

Entre Romain Goupil et Emmanuel Todd, le ton monte

Très vite, Emmanuel Todd prend pour exemple les trois derniers président de la Ve République française : “Ils sont en terme de droit constitutionnel les plus puissants (...) du monde occidental. Mais dans la mesure où la France a perdu sa souveraineté monétaire et sa liberté commerciale, leurs capacités d’actions économiques sont nulles”. Visiblement agacé par sa contradictrice, l’historien lui lance : “Il faut travailler”. Une petite pique à laquelle Adèle Van Reeth préfère répondre avec humour : “Ah, c’est ça !” Son camarade tente d’ironiser à son tour la thèse de l'anthropologue

(...) Cliquez ici pour voir la suite