Neuralink, la société d'Elon Musk, va expérimenter des implants cérébraux sur des humains

Milad Fakurian

Robocop, Terminator, Matrix… Ces fictions ne semblent désormais plus si éloignées de la réalité. Et pour cause : le 25 mai, la start-up américaine Neuralink a annoncé sa volonté d’expérimenter ses implants cérébraux sur des humains. L’autorité fédérale sanitaire américaine, la Food and Drug Administration (FDA), a donné son approbation à la société fondée par Elon Musk. Neuralink conçoit des appareils connectés qui pourraient potentiellement être implantés dans le cerveau, permettant ainsi une communication directe avec des ordinateurs, et ce par la pensée. La nouvelle a été révélée par l'entreprise californienne sur son compte Twitter, suscitant de vives réactions de la part des internautes.

Entre enthousiasme aveugle et peur inextinguible, l’innovation futuriste fait du bruit. Pour Neuralink, cette étape serait “un pas décisif dans le développement de sa technologie, avec l'objectif ultime d'aider un grand nombre de personnes dans le futur”, explique l’entreprise dans un tweet.

D’après les informations de l’AFP, ces implants seraient d’abord destinés à offrir une assistance aux individus souffrant de paralysie ou de maladies neurologiques. Grâce à cette technologie, Neuralink espère restaurer la mobilité et améliorer la qualité de vie de ces patient·es en leur offrant une interface directe entre leur cerveau et des ordinateurs. Elle permettrait notamment aux personnes paralysées de composer des e-mails ou de naviguer sur Internet en utilisant leurs yeux et leur cerveau.

De son (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

"C'était super important pour moi" : Halle Bailey a tenu à garder ses cheveux naturels pour son rôle dans La Petite Sirène
Un collectif anti-IVG colle des stickers sur les Vélib’ à Paris et fait face à des poursuites
La députée Fanta Berete veut créer une carte "parent solo" pour aider les parents célibataires
Dix ans après son accident, un homme paraplégique a pu remarcher grâce à la pensée
1 adolescent sur 2 consulte des sites pornographiques chaque mois, selon une étude de Médiamétrie