Neuromodulation : un incroyable remède pour le cerveau

Plus d’un demi-siècle après la première (réelle) implantation d’une électrode dans le système nerveux, les techniques de neuromodulation - ondes électromagnétiques, impulsions électriques envoyées sur ou à destination du cerveau - sont devenues une réalité… qui ne cesse de se perfectionner. La neuromodulation par ultrasons, elle, n’est encore qu’une voie de recherche prometteuse. En jeu : la mise au point d’outils pour lutter notamment contre la maladie de Parkinson, la dépression sévère ou certaines douleurs chroniques, chez ceux qui réagissent mal aux médicaments. Le point sur les avancées en cours.

Ultrasons : une technique prometteuse pour réparer le cerveau

Depuis une dizaine d’années, la neuromodulation par ultrasons suscite beaucoup d’espoirs. « Elle n’est pas invasive, permet d’atteindre non seulement les couches superficielles du cerveau mais aussi les plus profondes, et son impact peut être limité dans le temps », énumère, enthousiaste, Jean-François Aubry, directeur de recherche au laboratoire Physique pour la médecine (Inserm, ESPCI Paris, CNRS, Université PSL). Son équipe a montré que, chez l’animal, des stimulations répétitives permettaient d’induire une modification cérébrale durant quelques heures. Le chercheur estime qu’en reproduisant ces stimulations pendant plusieurs semaines, on pourrait « apprendre » au cerveau à utiliser de nouvelles connexions pour contourner celles qui sont défaillantes. Objectif : faire aussi bien, voire mieux, que le traitement par stimulation magnétique transcrânienne (SMT) et remplacer la stimulation électrique profonde. Les applications, elles, resteraient identiques : le traitement des dépressions résistantes, des toc (troubles obsessionnels compulsifs), des addictions, de la douleur chronique et de la maladie de Parkinson.

Pour l’heure, toutefois, on comprend encore mal le mécanisme d’action des ondes ultrasonores sur les neurones. À basse intensité, elles semblent avoir une action mécanique, « comme une micropalpation à

(...) Cliquez ici pour voir la suite