Nez qui frétille, apparitions soudaines… comment la magie a été conçue dans la vintage "Ma sorcière bien-aimée"

·1 min de lecture

Une banlieue pavillonnaire américaine, une sorcière au nez qui se tortille et une belle-mère un brin envahissante. Cette semaine, dans SERIELAND, Clémence Olivier vous emmène dans les coulisses de la série "Ma sorcière bien-aimée".

Dans la fiction lancée en 1964 sur des téléviseurs en noir et blanc, il y a beaucoup de magie. C'est d'ailleurs ce qui fait tout l'intérêt de la série. Pendant 8 saisons, Samantha s'évertue à ne pas s'en servir pour faire plaisir à son mari. Lui n'est qu'un simple mortel. Il veut que son épouse soit une femme au foyer exemplaire. En gros, qu'elle fasse le ménage et la cuisine sans magie. - Oui ça pique d’entendre ça, mais on est dans les années 60, je vous rappelle - 

Sauf que dans chaque épisode, par commodité ou parce qu'un événement survient, Samantha utilise ses pouvoirs. Et pour que la magie opère, elle lève les bras, claque des doigts et, c'est sa spécialité, elle fait frétiller son nez. Que Samantha remue son bout de nez, dans le générique et dans les épisodes, c'est une idée de William Asher, le producteur de la série et mari de la comédienne qui jouait Sam, Elizabeth Montgomery. Il voulait que Samantha ait un signe qui la rende immédiatement reconnaissable. Et je ne sais pas vous, mais moi je me suis toujours demandée comment elle faisait pour remuer son nez aussi rapidement. J'ai essayé mais je n'ai jamais réussi !

C'est parce qu'il y a un astuce, un effet d'optique. En fait, l'actrice ne remue pas son nez mais sa bouche. Elle pince les l...


Lire la suite sur Europe1