Ni millennial ni gen Z : les 23-28 ans ont enfin un nom, les zillennials

Iels sont attaché·es aux réseaux sociaux, mais se souviennent du moment où Instagram est apparu dans leur vie. Iels ne comprennent pas toujours l’engouement pour les danses et trends TikTok mais se tiennent très informé·es des nouvelles tendances. Iels étaient né·es lorsque les tours jumelles ont été percutées, le 11 septembre 2001, mais n’ont aucun souvenir concret de cette journée. Né·es au tournant du 21e siècle, dans les dernières années des années 1990, ces jeunes ne se retrouvent pas aujourd’hui dans les descriptions qui sont faites des millennials et de la génération Z. Il était temps pour elles et eux de trouver un nom pour les décrire. Le média américain CNN rapporte qu’iels sont désormais désignés comme les “zillennials”. Ni tout à fait millennials ni vraiment “Z”, iels se situent entre les deux, là où les frontières sont floues. S’il est difficile de définir exactement les années de naissance de celleux qui ont droit d’y appartenir, les sociologues spécialistes de la question s’accordent à dire que cela pourrait comprendre toutes les personnes nées entre 1992 et 2002.

Mais plus qu’un anniversaire, il s’agit là d’une façon de voir la vie et l’environnement dans lequel iels vivent. Les millennials ont vu arriver Internet et les réseaux sociaux progressivement, pendant leur adolescence. Les gen Z sont né·es en plein dedans. Mais les zillennials ont vécu les années de transition entre l’analogique et le numérique, explique Le Parisien. Iels ont peut-être fait leurs premiers (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Ouïghours : plusieurs associations portent à nouveau plainte contre les multinationales de l’habillement
Travail : comment répondre à la question "où vous voyez-vous dans 5 ans ?" Des experts répondent
Au Festival de Cannes, un collectif de colleuses exprime sa colère contre le Cinéma sur la Croisette
"Je n'ai pas pu me défendre" : Rachel Bilson révèle avoir perdu un contrat après avoir parlé ouvertement de sexe
Violences vicariantes : il est urgent de protéger les enfants des violences sexistes par procuration