Nicolas Bedos : après la polémique sur les masques, il s’en prend encore au gouvernement

·2 min de lecture

Chassez le naturel, il revient au galop. Nicolas Bedos est de retour sur Twitter et Instagram, seulement quelques semaines après avoir annoncé se retirer des réseaux sociaux. Et le célèbre réalisateur est, une fois de plus, très remonté contre le gouvernement. En effet, le fils de Guy Bedos semble très surpris quant aux décisions de l'État concernant l'ouverture et la fermeture de certains établissements recevant du public en cette période de confinement. Et comme à son habitude, c'est par écrit que le quadragénaire a laissé éclater sa colère, "On s’insurge que les librairies soient fermées alors que la Fnac reste ouverte. Du coup… ils ferment le rayon livres de la Fnac !" a-t-il lancé sur Twitter, avant de tourner la situation au ridicule "Comme ça y'aura pas de jaloux... et plus de livres. C’est génial tellement c'est con". Celui qui a reçu le soutien inattendu de Joey Starr a par la suite lancé une pique au gouvernement d'Emmanuel Macron : "Mais il ne faut surtout pas critiquer le gouvernement, restons solidaires, masqués, mutiques et distanciés".

Nicolas Bedos est un habitué des coups de gueule sur les réseaux sociaux. Le 24 septembre 2020, l'humoriste provoquait une polémique sans précédent sur les réseaux sociaux, après avoir invité les internautes à contester les décisions de l'État au sujet des gestes barrières. "Bon, allez, soyons francs : Arrêtez tout. TOUT. Les masques. Les confinements. Vivez à fond, tombez malades, allez au restaurant, engueulez les flicaillons, contredisez vos patrons et les lâches directives gouvernementales...Nous devons désormais vivre, quitte à mourir", lançait-il sur Instagram. Des propos écrits sous l'émotion, sur lesquels Nicolas Bedos est revenu, lundi 26 octobre 2020, sur le plateau du Quotidien : "Je comprends la polémique. C’est un texte excessif. Je l’ai écrit dans la colère, le lendemain de la messe qui avait été organisée pour mon parrain, Jean-Louis Dabadie (...). C’est un texte qui est un peu irresponsable".

À lire aussi (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite