• Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Nicolas Sarkozy condamné à de la prison ferme ? La justice a tranché dans l'affaire Bygmalion

·1 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Un jugement très attendu. Jeudi 30 septembre 2021, le tribunal correctionnel de Paris a rendu sa décision dans l'affaire des dépenses excessives de la campagne présidentielle de 2012 de Nicolas Sarkozy, plus communément appelée "l'affaire Bygmalion". L'ancien Président, grand absent du tribunal, comparaissait pour "financement illégal de campagne" et encourait un an d'emprisonnement et 3.750 euros d'amende. Était-il au courant du système de double facturation mis en place pour masquer ses dépenses excessives ? Le mari de Carla Bruni a toujours affirmé qu'il ignorait tout de cette manigance. En décembre 2020, l'épouse de Nicolas Sarkozy avait d'ailleurs partagé sa colère sur son compte Instagram, pointant du doigt un "acharnement insensé". Neuf mois plus tard, le tribunal a rendu sa décision, comme l'a révélé BFMTV en direct aux alentours de 11 heures.

En mai 2021, le parquet avait requis contre Nicolas Sarkozy un an de prison, dont six mois avec sursis... Il est finalement condamné à "un an de prison ferme sous bracelet électronique" pour financement illégal de campagne électorale, indique BFMTV. Le tribunal précise cependant que "la peine sera aménagée et exécutée sous le régime de la surveillance électronique". L’ancien président de la République n’ira donc pas en prison et pourra faire appel dans les dix prochains jours.

Mardi 15 juin 2021, Nicolas Sarkozy s'était exprimé à la barre du tribunal correctionnel de Paris au sujet de ses dépenses de campagne : "Je n'ai rencontré (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles