Nicolas Sarkozy humilié par des manifestants à Nice ?

C’est ce que l’on appelle une arrivée en fanfare. Lundi 13 janvier 2020, Nicolas Sarkozy était présent pour l’inauguration du parc du Ray, à Nice. C’est le maire de la ville lui-même, Christian Estrosi, qui l’avait invité. Selon un article publié juste avant l’événement dans Nice Matin, l’homme politique du Sud semblait aux anges à l’idée de revoir son fidèle compagnon. “Que Nicolas Sarkozy vienne à Nice, ce n’est pas nouveau, c’est même fréquent”, disait-il. “Il effectue souvent des visites à titre privé, on partage du temps ensemble. Ce lieu a un côté symbolique. Nicolas Sarkozy, alors chef de l’État, a largement participé à ce que Nice soit sélectionnée pour accueillir certains matchs de l’Euro 2016. Il était même venu voir le chantier de l’Allianz Riviera, pour vérifier si le stade allait être terminé à temps.” Et Christian Estrosi de s’impatienter : “C’est lui qui mettra en eau la cascade de ce nouveau parc. Il aura l’occasion de revenir souvent. Notre proximité est réelle, notre amitié aussi, nous échangeons régulièrement, partageons nos réflexions sur la société…”

⋙ Carla Bruni dévoile une photo très rare de son mariage avec Nicolas Sarkozy

Malheureusement pour les deux compères, tout ne s’est pas passé comme ils l’espéraient. Et pour cause : l’ancien président de la République a été accueilli au doux son des casseroles. “Pour l’inauguration du parc du Ray à Nice, beaucoup de Niçois sont présents et des manifestants de la CGT font du bruit en tapant sur des casseroles, derrière les grilles du parc, toujours mobilisés contre la réforme des retraites”, rapportaient ainsi nos confrères de France Bleu Azur lundi 13 janvier via le réseau social Twitter, photo à l’appui. Quelques heures plus tard, Nice Matin évoquait un “concert de casseroles.” Gérard Ré, secrétaire départemental de l’organisation syndicale, qui “n’était pas sur place mais bien au courant de la manoeuvre”, parle d’une “petite cinquantaine de militants de tous les secteurs” venus afin de “faire entendre

(...) Cliquez ici pour voir la suite