Comment Nicolas Vanier a compris qu'explorateur pouvait être un métier

·1 min de lecture

Son métier ne figure pas dans les fiches des conseillers d'orientation de l'Onisep (Office national d'information sur les enseignements et les professions). Pourtant, Nicolas Vanier vit de son métier d'aventurier et de réalisateur de films. Invité lundi de l'émission Ça fait du bien pour la sortie en DVD de son film Poly, l'explorateur se souvient au micro d'Anne Roumanoff du moment de sa vie où il a compris que ses voyages et les souvenirs vidéos qu'il en rapportait pouvait devenir un véritable métier.

>> Retrouvez toutes les émissions d'Anne Roumanoff de 11h à 12h30 sur Europe 1 en replay et en podcast ici

Le coup de main d'un festival amateur

"Dès mon premier voyage, je suis parti avec la caméra Super 8 de mon papa pour ramener un petit film et le montrer à mon public, c'est-à-dire à mes frères, mes tantes et mes oncles", se souvient Nicolas Vanier. Son premier film amateur de voyage aurait donc pu, comme tant d'autres, rester dans un cadre familial. Ce ne sera pas le cas.

"Quelqu'un a entendu parler du fait que j'avais fait un film", explique l'aventurier. "Il y avait un festival de films amateurs d'aventure, et on m'a proposé de monter mon film. Je ne savais même pas ce que ça voulait dire que de monter un film !". Il accepte de participer, et son film repartira du festival avec le premier prix.

140 francs pour une photo

Si bien que quelques secondes de son film passent à la télévision. "Incroyable !", se réjouit encore aujourd'hui Nicolas Vanier. Mais le véritable é...


Lire la suite sur Europe1