Niveau scolaire : 25 % des collégiens n’ont pas le niveau en fin de 3e, pourquoi ?

Le ministre de l’Education nationale, Pap Ndiaye, a annoncé vouloir lancer une réflexion, dès l’automne, sur le collège, et plus particulièrement sur la classe de 6e. Celle-ci représente une classe charnière entre la fin du primaire et le début du collège. Il est important que les enfants s’y sentent à l’aise.

Mais au-delà de la classe de 6e, c’est tout le collège qui ne va pas bien.

Dédoubler les classes

Au collège, il est fréquent de se retrouver avec 30 élèves par classe. Dans ces conditions, il peut être compliqué d’être à l’écoute de chaque élève, de lui apporter l’aide dont il a besoin. D’ailleurs, Sophie Venetitay, secrétaire générale adjointe du Snes-FSU, expliquait auprès de nos confrères d’Europe 1 : « Quand vous avez 30 élèves par classe, comment est-ce que vous faites parler les élèves dans une langue étrangère ? C’est mission impossible. » C’est pourquoi les syndicats enseignants préconisent un dédoublement des classes. Mais pour cela, il faut des professeurs !

Moins de réussite dans les milieux défavorisés

Si 85 % des élèves de milieux favorisés entrent en seconde générale, ils ne sont que 42 % dans les milieux défavorisés. La raison ? D’après Thomas, professeur d’histoire-géographie : « On voit bien que les inégalités en termes de grammaire, de graphie, de construction, d’écrit, sont plus importantes chez les catégories...

Lire la suite