Noël en entreprise: on le fête aussi au bureau!

Guirlande lumineuse accrochée autour de l'ordinateur, repas de fête au restaurant d'entreprise...En décembre, l’esprit de fêtes règne aussi au bureau : 77 % des entreprises prévoient des animations avec leurs salariés, et 60 % décorent leurs bureaux pour l’occasion*. Si le traditionnel arbre de Noël reste indéboulonnable, de plus en plus d'animations sortent de l’ordinaire. "Ateliers de création de parfums ou de maison en pain d’épices, réalisation d’une fresque en chocolat, « murder party » sur le thème « Qui a tué le père Noël ? »… "Aujourd’hui, les entreprises veulent de l’originalité : à cette période de l’année, elles sont de plus en plus nombreuses à faire appel à des agences comme la nôtre", assure Tracy Vetter, directrice marketing chez Innov Events. Parfois, ce sont les salariés eux-mêmes qui prennent l’initiative en organisant des « Secret santa » - cette tradition américaine qui invite chaque salarié à devenir le « Père Noël secret » d’un de ses collègues - mais aussi des concours de décorations de Noël entre les différents services, ou encore des défilés de « pull moches ».

"Chez nous, le rituel de Noël est vraiment un temps fort de l’année, assure ainsi Sabrina Distinguin, vice-présidente de l’entreprise de services numériques Fabernovel. Chaque année, nous cherchons à surprendre nos équipes : c’est aussi une façon de les remercier pour tout le travail fourni au cours de l’année. En décembre, l’activité de notre secteur est particulièrement intense, le temps est maussade, les jours raccourcissent alors tout ce qui peut procurer de la joie et du réconfort est bon à prendre". De la joie pour soi mais aussi pour les autres. De plus en plus d’entreprises (Sanofi, Accor, Amazon…) proposent aussi à leurs équipes de se sentir utiles en participant à des Noël solidaires pour les plus démunis. Servir des repas, collecter des cadeaux, participer à des animations.. Une autre manière de créer du lien entre collègues et de renforcer le sentiment d'appartenance à son

(...) Cliquez ici pour voir la suite