Nodule pulmonaire : calcifié ou non, en verre dépoli… tout savoir sur ces lésions des poumons

L’apparition d’un nodule pulmonaire lors d’une radio est une situation fréquente. Par ailleurs, il peut ou non s’agir d’un cancer. À ce titre, le diagnostic d’un nodule pulmonaire peut entraîner une simple surveillance médicale, ou une intervention chirurgicale. Le traitement s’étudie au cas par cas.

On parle de nodule pulmonaire selon la taille de la « tache » qui apparaît sur la radiographie des poumons. Lorsque cette anomalie fait plus de 3 cm, on ne parle plus d’un nodule pulmonaire, mais d’une masse. En revanche, lorsque son diamètre est inférieur à 10 mm, on parle de micronodule. La découverte d’un nodule au niveau du poumon est une situation très fréquente, qui n’est pas forcément synonyme de gravité. En effet, on considère qu’un nodule apparaît dans 8 à 51 % des scanners du thorax, selon la population au sein de laquelle est effectué l’examen. Le plus souvent, le nodule pulmonaire est seul. Les nodules peuvent aussi être multiples. Dans la majorité des cas, leur taille est inférieure à 10 mm. C’est le cas pour 96 % d’entre eux. 72 % des nodules pulmonaires font, quant à eux, moins de 5 mm. Il existe trois types de nodules pulmonaires différents :

Dans la majorité des cas, les nodules pulmonaires sont bénins et uniques. On parle alors de nodule solitaire. Toutefois, dans des cas plus rares, les nodules pulmonaires peuvent être représentés par plusieurs taches dans les poumons, ou être malins, c’est-à-dire cancéreux. Une surveillance médicale est donc indispensable.

La découverte (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles