"Un nom à coucher dehors", une expression née de la méfiance des taverniers

·1 min de lecture

Stéphane Bern propose chaque jour, dans Historiquement vôtre avec Matthieu Noël, de partir à la découverte de ces expressions que l'on utilise au quotidien sans forcément connaître leur origine. Vendredi, l'animateur nous explique les racines de "un nom à coucher dehors".

Avez-vous des noms à coucher dehors ? Sachez en tout cas que cette expression, pas des plus sympathiques, vient du Moyen-Âge. Les taverniers étaient naturellement méfiants, et il faut dire que des malandrins couraient les rues et parfois ils demandaient une chambre à l’auberge. Ces derniers devaient alors montrer patte blanche, c’est-à-dire ne pas se montrer inquiétant ou louche. 

>> Retrouvez toutes les émissions de Matthieu Noël et Stéphane Bern tous les jours de 16h à 18h sur Europe 1 ainsi qu’en replay et en podcast ici

"Montrer patte blanche" est d'ailleurs une expression qui remonte à La Fontaine et sa fable du loup, de la chèvre et du chevreau. Le loup y tente de pénétrer chez la chèvre, et le chevreau lui dit "montrez-moi patte blanche où je ne vous ouvrirai point". Le loup, patte noire et velue, s'en retourne chez lui comme il était venu.

Un étrange tri de la clientèle

Mais revenons à nos noms à coucher dehors. Quand on voulait louer une chambre, ceux qui avaient un nom chrétien étaient favorisés. Si vous veniez avec une particule, on vous choyait. Les autres passaient leur chemin ou dormaient à l’écurie entre deux canassons.

En Angleterre, on parle de "jaw-breaking word", un mot à casser la mâc...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles