Noma : causes, symptômes, complications, facteurs de risques, traitement

Ainsi, selon les chiffres livrés par l’association Vaincre le noma, cette maladie touche encore 140 000 enfants âgés en moyenne de 2 à 6 ans dans le monde chaque année, et 90 % d’entre eux mourront au bout de deux semaines s’ils ne sont pas pris en charge rapidement. Pourtant, les morts de ces enfants et adolescents pourraient être évitées, si les communautés les plus touchées bénéficiaient d’un meilleur accès à la connaissance des symptômes de cette pathologie.

Le noma est une maladie foudroyante apparentée à la gangrène. Son nom vient du mot grec « nomein », qui signifie « dévorer », car les bactéries en cause dans cette pathologie « mangent » de manière foudroyante les tissus et les os, ce qui peut mener à la mort de l’enfant au bout de deux semaines seulement, en l’absence de soins. Cette maladie est parfois appelée « cancrum oris » par les médecins. La région la plus touchée par cette pathologie est l’Afrique subsaharienne, c’est-à-dire les pays du monde les plus pauvres, où la dénutrition et le manque d’hygiène, notamment bucco-dentaire, sont les conséquences directes des difficultés économiques de la population. Néanmoins, des zones d’Amérique du Sud et d’Asie du Sud-Est sont également des foyers de cette gangrène de la bouche et du visage. Les enfants qui sont soignés et qui bénéficient, lorsque cela est possible, d’une intervention de chirurgie reconstructrice du visage, sont parfois victimes de ségrégation et de stigmatisation, car ils sont défigurés à vie.

Il est impératif (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles