Le nombre d’enfants autistes en France augmente : pourquoi cette hausse ?

Selon l’Inserm, environ 700.000 personnes sont touchées par les troubles du spectre de l’autisme (TSA) en France. En général, les premiers signes de l’autisme apparaissent chez un enfant entre 18 et 36 mois. L’autisme se caractérise par des altérations de la capacité à établir des interactions sociales, à communiquer et des anomalies comportementales.

En France, il existe très peu de recherches sur les TSA, mais le 10 mars, Santé publique France a dévoilé deux études sur la prévalence de ces troubles.

La première étude a utilisé les données des deux registres français des handicaps et de l’enfant. Le premier a été consacré aux régions de l’Isère, de la Savoie et de la Haute-Garonne. Le second a étudié les enfants de la Haute-Savoie. Les deux institutions ont été chargées d’enregistrer les enfants diagnostiqués comme autistes jusqu’à leur 8 ans.

Les chercheurs ont étudié les enfants nés entre 1995 et 2010 dont le diagnostic a été établi entre 2003 et 2018. Ils ont également choisi d’analyser deux générations : celles des enfants nés entre 1995-1997 et celle née entre 2007-2009. Les résultats ont montré que la prévalence des troubles autistiques a augmenté de 2,3 à 7,7 personnes pour 10 000 dans le premier registre et de 3,3 à 5,6 personnes pour 10 000. Pour les responsables de l’étude, ces résultats ont confirmé une augmentation des diagnostics TSA chez les enfants âgés de 8 ans.

La seconde étude a été menée de 2010 à 2017 et a utilisé les données du Système national des données de santé (SNDS) qui inclut le Recueil d’information médicalisée en psychiatrie (RIM-P). D’après le rapport, une augmentation de la prévalence des troubles autistiques a eu lieu sur la période étudiée. Cette dernière a augmenté de 9,3 pour 1000 personnes en 2010 à 18,1 personnes pour 1000 en 2017.

"Les plans autisme ont permis d’améliorer le repérage de ces troubles. Mais cela n’explique peut-être pas toute l’augmentation. Les connaissances sur les facteurs de risques sont encore limitées. Une influence

(...) Cliquez ici pour voir la suite