Nomophobie : d’où vient la peur panique d’être séparé de son portable ?

·2 min de lecture

Symptôme d’une époque ultra-connectée, la peur d’être séparé de son téléphone ou de ne pouvoir s’en servir est de plus en plus fréquente. Ce trouble, appelé nomophobie, altère le quotidien de ceux qui en souffrent mais il est possible d’en guérir.

À la seule idée de se retrouver dans un lieu sans Wi-Fi, Annette blêmit. Si elle constate que sa batterie est sur le point de passer sous la barre des 50%, cette cadre dynamique n’a plus qu’une idée en tête : trouver un moyen de la recharger au plus vite. Et si, par le plus grand des malheurs, elle doit passer une journée entière au bureau sans son smartphone, resté introuvable au moment du départ, la quadra est dans un état de désarroi et de stress intenses jusqu’à ce qu’elle y ait accès à nouveau.

À lire aussi >>> Témoignages : la peur de perdre leur téléphone leur gâche la vie

Qu’est-ce que la nomophobie ?

Annette est atteinte de nomophobie – élu mot de l’année 2018 par le Cambridge Dictionnary – un terme issu de la contraction de « no mobile phone phobia », qui est donc la peur de ne pas avoir son téléphone à proximité de soi ou d’être dans l’impossibilité de s’en servir. Cette angoisse nouvelle reflète nos multiples dépendances numériques car le portable est un outil qui facilite les addictions en tous genres, tout comme la pratique de jeux-vidéos. L’addiction au smartphone démarre, elle, dès l’instant où l’on commence à perdre le contrôle de son utilisation. Lorsque l’on ne peut s’empêcher, par exemple, de répondre à un SMS en conduisant ou de passer du temps sur les réseaux sociaux.

D’où vient la nomophobie ?

Autrefois, la plupart des gens craignaient de perdre leurs clés ou leur portefeuille,...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles