Le nord de Gaza en ruines : des images satellites montrent la situation avant et après les frappes aériennes d'Israël

Le nord de Gaza en ruines : des images satellites montrent la situation avant et après les frappes aériennes d'Israël

Trois semaines après le début des bombardements par les forces israéliennes, la société de technologie spatiale, Maxar, a publié des images satellite montrant l'étendue des destructions à Gaza.

Selon le ministère de la santé dirigé par le Hamas, le nombre de morts palestiniens a dépassé les 7 000, alors qu'Israël déclenche des vagues de frappes aériennes dévastatrices en réponse à l'incursion du Hamas le 7 octobre, qui a fait 1 400 morts et méné à la prise de plus de 200 personnes en otage.

Les frappes aériennes ont rasé des quartiers entiers, causant un niveau de mort et de destruction jamais atteint, au cours des quatre derniers conflits entre Israël et le Hamas.

Plus d'un million de personnes ont fui leurs maisons, nombre d'entre elles obéissant aux ordres israéliens d'évacuation vers le sud, malgré les frappes israéliennes qui se poursuivent dans le territoire sous blocus.

Des rangées entières d'immeubles d'habitations disparaissent sur les photos, réduites à un amas de poussière et de gravats.

La ville de Beit Hanoun, dans le nord de la bande de Gaza. La première image a été prise le 10 octobre, la seconde le 21 octobre.

D'autres images montrant différents points de Gaza ont été diffusées par Maxar.

Selon des photos prises par Maxar, un ensemble de 13 tours situées en bord de mer, près du camp de réfugiés al-Shati de la ville de Gaza, a été réduit en poussière, ne laissant que quelques morceaux de façade chancelants.

L'armée israélienne a annoncé qu'une frappe aérienne avait tué l'un des deux cerveaux du de l'attaque du 7 octobre dernier, Shadi Barud, le chef de l'unité de renseignement du Hamas.

Les combattants du Hamas continuent de tirer des milliers de roquettes sur Israël depuis le début de la guerre.

Le satellite montre Atatra, un quartier de la ville de Beit Lahiya, au nord de la bande de Gaza. La première photo a été prise le 10 mai et la seconde le 21 octobre.

Le quartier d'Al Karama, dans la partie nord de la bande de Gaza, se trouve au bord de la mer. La première photo a été prise le 10 mai, la seconde le 21 octobre.

À Gaza, les réserves de nourriture, de médicaments et de carburant pour alimenter les générateurs d'urgence s'amenuisent.

L'agence des Nations unies pour les réfugiés palestiniens, qui fournit des services de base à des centaines de milliers de personnes, notamment en gérant des écoles transformées en abris, a affirmé qu'elle pourrait manquer de carburant, d'ici quelques jours.

La ville de Beit Hanoun, dans le nord de la bande de Gaza. À droite, une image prise le 11 mai, à gauche, une image prise le 21 octobre.

Ces derniers jours, Israël a autorisé plus de 70 camions transportant de l'aide à entrer dans la bande de Gaza depuis l'Égypte par le point de passage de Rafah.

Mais les travailleurs humanitaires affirment que ces convois ne répondent qu'à une infime partie des besoins humanitaires croissants du territoire. Avant la guerre, 500 camions en moyenne entraient chaque jour dans la bande de Gaza.