Nos cauchemars pourraient nous aider à affronter certaines situations effrayantes du quotidien

Les cauchemars serviraient de « répétitions » avant d’affronter certaines situations effrayantes de la vie. [Photo: Getty]

Les scientifiques tentent de déterminer pourquoi nous rêvons depuis des décennies.

Pour certains, cela nous permettrait d’assouvir des désirs inconscients, pour d’autres, cela nous aiderait à traiter ce que nous expérimentons éveillés.

Et de nouvelles études indiquent maintenant que les cauchemars pourraient nous aider à mieux gérer nos peurs.

Des scientifiques américains et suisses ont examiné le cerveau de 18 volontaires pendant qu’ils dormaient.

Les participants étaient ainsi branchés à plus de 250 électrodes qui réunissaient des données sur les « émotions » potentiellement ressenties pendant le sommeil.

Les résultats, publiés dans la revue Human Brain Mapping, suggèrent que l'activité augmentait dans les cortex insulaire et cingulé antérieur suite à des « rêves associés à la peur ».

Ces zones du cerveau sont en charge de réguler la « perception des émotions négatives ».

Dans la deuxième partie de l'expérience, 89 personnes devaient tenir un journal sur leurs rêves pendant une semaine, en évoquant également les émotions ressenties dans la journée.

Des scintigraphies cérébrales ont ensuite été réalisées pendant qu’ils observaient des images stressantes.

« Nous avons présenté des images émotionnellement négatives à chaque participant, comme des agressions ou des situations stressantes, ainsi que des images neutres, afin d’observer quelles zones du cerveau étaient plus actives en cas de peur », a déclaré l’auteure de l'étude, Virginie Sterpenich, de l'Université de Genève.

« Et également si la zone activée était différente en fonction des émotions ressenties en rêve la semaine précédente », rapporte Metro.

Suite à des « stimuli qui suscitaient la peur », les scientifiques ont constaté que « l’excitation émotionnelle était moindre » dans le cortex insulaire et cingulé antérieur des personnes associées à une « fréquence de peur plus élevée dans leurs rêves ».

Plus les participants faisaient de mauvais rêves, mieux ils géraient ce genre de situation, d’après les résultats.

Selon l’équipe, se retrouver confronté à une situation menaçante dans un espace « sûr » dans la nuit peut servir de « répétition », si jamais un scénario similaire venait à se présenter dans la vraie vie.

« Les rêves peuvent être considérés comme une véritable formation pour nos réactions futures et peuvent potentiellement nous préparer à affronter certains dangers de la vie réelle », a déclaré l'auteur de l'étude, Lampros Perogamvros, de l'Université de Genève.

Cependant, des cauchemars vraiment terrifiants se sont avérés avoir des impacts négatifs, y compris l'insomnie.

« Si un certain seuil de peur est dépassé en rêve, ce dernier perd son rôle bénéfique de régulateur émotionnel », a déclaré L. Perogamvros à la BBC.

Les scientifiques espèrent que les rêves pourront un jour être utilisés comme une forme de thérapie de « désensibilisation » pour les personnes atteintes d'anxiété.

Alexandra Thompson