#NousEtudiantEsHandiEs : sur Twitter, ils racontent la difficulté d’être étudiant et handicapé

·1 min de lecture

Sous ce hashtag, des élèves en situation de handicap témoignent des discriminations qu’ils ont rencontrées au cours de leur scolarité.

« Dans mon école, il n'y avait pas de mission handicap ni d'infirmerie, apparemment il n'y en avait jamais eu besoin. » Léonie Casthel, comme beaucoup d’autres, raconte son expérience à travers #NousEtudiantEsHandiEs. Ce hashtag, en tendance depuis ce matin sur Twitter, permet aux étudiants en situation de handicap de dénoncer les discriminations validistes rencontrées au cours de leur scolarité.  

Lire aussi >> Sexualité et handicap : « Pour retrouver mon plaisir, il a fallu beaucoup de patience »

Tous pointent du doigt des bâtiments et des cours non adaptés à leur quotidien. « Nous avons un pôle handicap, dans ma fac... Au cinquième étage, en haut d'ascenseurs où il n'y a pas la place de faire demi-tour en fauteuil et certains fauteuils électriques ne passent pas », écrit @BlueLilQueer. « Il grêlait et je ne pouvais pas aller en cours parce que pas d'argent pour payer un Uber (j'utilise un fauteuil roulant) », raconte un autre internaute. 

« Je n'ai pas passé une semaine sans avoir à me battre » 

Pour beaucoup, obtenir un aménagement relève du parcours du combattant. « Jamais mes aménagements n'ont été respectés entièrement, du bâtiment pas accessible, à la salle pas adaptée, aux preneurs de notes inexistants, je n'ai pas passé une semaine sans avoir à me battre », déplore @Mercurotio.  

En plus de ces difficultés d’accessibilité, certains disent subir un manque de considération de la part du personnel. « Les profs...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

VIDÉO - Elle offre son parapluie à un homme handicapé trempé par la pluie :

 A lire aussi 

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles